L'Affaire non résolue.. Page.01...................

                  Année 2029.année numéro 09 de cette fameuse COVIds, notre gouvernement des affaires non résolues, ayant chanté tout l'été, se trouva fort dépourvu ,à la rentrée de septembre deux mille vingt et un .Ce dernier n'ayant pu élucider le problème Covids19,devenu COVIds 20,et,ainsi de suite jusqu'à devenir covids29,avait trouvé de rares solutions pour freiner la lente agonie de la race humaine . Quant à ce virus, ayant covoituré tout l'été sur les plages et ! dans les montagnes , était revenu à la charge , frais comme un gardon, pour nous imposer de multiples variants qui ! allaient nous faire tourner en bourriches d’huitres de Cancale ,seule antidote pour évacuer le stress accumulé dans nos têtes .

       Nous étions passés au confinement intelligent, une manière de se partager les rares moments d’uniques libertés, pas de stade, ni cinémas encore moins de resto et de bars, seules les boites d’échangistes fonctionnaient encore . Nos chercheurs pendant ce temps-là, profitaient d'un empilement de résultats plus ou moins solides, pour nous sortir de leurs pochettes surprises, de nombreux et miraculeux vaccins, qui allaient enrichir de puissants laboratoires. Ces plénipotentiaires hospitaliers ,ces essayistes nouvelle génération , au début, chouchoutés par des médias inféodés, biberonnés à la corona avaient finis par devenir des êtres supérieurs, nous expliquant tous les détails de cette maladie venue ! surtout ! d’ailleurs . Ils étaient devenus? Comment dire ? une caste de privilégiés, composée de gens supérieurs, soi-disant souverains ! Ils nous avaient enlevé toutes velléités , impossible de contrecarrer leur pouvoir devenant ,au fil des mois effroyablement ascendant et surtout ! indiscret. Nous en étions revenus à l’époque dramatique de l’inquisition moyenâgeuse . Ils étaient présents sur toutes les chaines télévisuelles à toute heure de la journée, de la nuit , occupaient l'espace libre de tout mouvement démocratique.

        Les gilets jaunes viraient au rouge, peu-importe que la destruction sociétale fût en mouvement, comme une horloge perpétuelle, sorte de compte à rebours qui vous rappelle ! que vous vous approcher de la fin des temps, nous étions encore partis pour un tour . Tout d'abord, pour les garçons ,ces derniers n’avaient droit de sortir du ventre de leurs mamans que les jours pairs ,et bien sûr! les filles les jours impairs, munis de ce fameux pass sanitaire ils allaient devenir les empereurs de la non-démocratie. En récréation, sous les porches, à l'abri de la pluie ,plus de rixes ,beaucoup moins de virus !Les parents ,tranquilles étaient en mesure de travailler en liberté, mais, surveillés quand même, par une horde de sbires en capuche, une sorte de Stasi des temps révolus .

           Les ouvriers disqualifiés bossaient durement ,dans des usines réaffectées à la fabrication de masques protecteurs ,ne comptaient plus leurs heures à fabriquer ce gel alcolo. Les pays du Nord nous avaient obligés à reconsidérer nos acquis sociaux, adieux congés exponentiels ,trente-cinq heures , RTT, arrêts maladies injustifiés dans l’administration grassouillette .Martinez et sa clique dévoyée ,furent envoyés au goulag, ce dernier canton de non-droits des ex. Soviet ayant été remis à l'ordre du jour très justement, d'ailleurs. Ils étaient nourris avec des régimes de bananes ,importées de nos iles sous le vent, qui crevaient à petit feu, ne voulant pas se vacciner comme la plupart d’entre-nous. Nous ne reverrons plus jamais ces hommes qui ! naguère ! avec leurs drapeaux rouges , nous défendaient , sans nous défendre. Bref!! un tout nouveau pays, mais un véritable calvaire pour les petites gens, qui n’urent que la peaux de ces fruits à se mettre sous la dent , les restes quoi !

                               Et ces milliards d’euros distribués ? qu’étaient ‘-ils devenus ? je vais vous le dire…des centaines de milliers d’éoliennes furent construites dans nos jardinets . Des millions de fonctionnaires furent augmentés abondamment ,qu’ils n’avaient plus besoin de travailler. Nos journées étaient réglées de manière magistrale, levé six heure ,bain à six heure quinze,(l’eau se trouvait coupée à 6h.24), petit déjeuner à six heure trente(le gaz se trouvait coupé à 6h.42) .Ensuite rééducation civique obligatoire sur You tube devenu une leçon de choses permanente et ! nécessaire pour ces damnés de la terre . Impératif de connaitre la bonne utilisation des gestes barrières ,de multiples camera type GoPro nous filmaient partout , même dans les toilettes publiques . Et oui! nous en étions encore à cette procédure artisanale , les virus n'avaient qu'à bien se tenir, nous disaient nos spécialistes en désinfection méthodique .

                    Les masques étant devenus des masques de fer , alourdissaient le reste d'intelligence que nous avions. La justice s’en mêlait, DuPont basique , déplorable ministre d’état , allait accentuer la mise à disposition des récalcitrants aux mesures démoniaques orchestrées par une meute de juges en jupette, remplaçant la toge devenue superflue . C’est ahurissant dans les escaliers des HLM ,de voir cette armée de petites têtes carapaçonnées ,descendre ces escaliers privés de liberté ,par ces hordes de mafieux vendant leur merde à dix balles .Les usines c'étaient modifiées pour la fabrication de cet engin de protection .Une bonne moitié de la population travaillait aux masques, le reste au gel ,une infime partie nous préparait le déjeuner , le souper ,et les boissons sans alcool .Une organisation irréprochable veillait à la bonne marche de cet ensemble hétéroclite .Mais nous sommes en prison? clamait un ancien syndicaliste véreux, mal lui en pris il fut jeté en pâture aux carnassiers nommés savants. Même Dany ancienne figure de mai soixante-huit, essaya de nous sauver ,il ne réussit pas non plus. Sa tronche vérolée de taches de rousseur ne fut d'aucun secours pour nous .Il s’éteignit doucement ,mais surement dans sa datcha près du lac Baïkal.

                     Nous coutions trop chers à la communauté !! Ils nous mirent en quarantaine infinie, frontières fermées ,sauf aux rares touristes cultivés. Il faut quand même le dire!! nous étions le seul pays au monde dans une situation pareille ! tous les autres avait trouvé la solution pour exterminer ces bestioles!! et nous? et bien non!! Les palabres entre les différentes castes de notre société , se faisait la guerre des idéologies, pas moyen de s'entendre ,les écolos voulait du vert ,la droite du jaune, les socialos du rouge! La REM des migrants , Mélenchon du gros rouge Ha ! celui-là pas moyen de s'en débarrasser, un importun du diable même pas capable de partir à Cuba , ils n’en voulaient pas non plus!.

              Les rares consommateurs consommaient des ordinateurs et téléphones avec ce terrible QR code valable le temps d’une piqure !C’est à dire quinze minutes, nos corps de ce fait se trouvait percés de toutes parts ressemblaient à du gruyère. De ce fait nous ne pouvions sortir que si ! nous étions employés à fabriquer des masques. Les chercheurs insistaient pour des picouses généralisées aux vaccins miraculeux ! Finalement personne ne s'entendit sur le fond du problème. De manif en manif tous les samedi, comme pour les motards redevenus mécontents ,le gouvernement de salut public allait rendre les armes aux citoyens. Une véritable chianlit allait s’installer de nouveau.

        Les journalistes de cette République mise sur Pause , commentaient un jour à l'envers, un jour à l'endroit, enfin jamais pareil. Calvi arrivé sur BFM tv soir, discutait et envenimait la situation à lui tout seul . Seul quelques rédacteurs de qualité supérieure ,indépendants , en retraite, nous informaient sur la situation réelle . Nous étions la risée de tous, sur cette planète enfin guérie, plus personne ne visitait notre beau pays. La tour Eiffel était devenue un tas de rouille qui !par manque d’entretien , menaçait à tout moment de s’effondrer, l'Arc de Triomphe étant devenue l'Arc de la défaite ne voyait plus passer aucun tagueurs sous son porche ,et, n'éclairait plus cette France de la victoire devenue inconnue de nous tous, dans la cour du Panthéon poussait du cannabis pour fleurir les tombes de ces hommes et femmes morts pour la patrie . La victoire en chantant était devenue celle en pleurant.

                 De rares visiteurs quand même ,nous visitaient la tête sous une cloche transparente. Ces derniers étudiaient notre civilisation engloutie dans les profondeurs virales. Néanmoins ! Dans leurs manuels scolaires nous étions devenus des êtres d'exception ,la tête affublé d'un masque ,soi-disant protecteur, Nous étions si rares que nous en étions devenus préhistoriques !! si uniques que nous apparaissions sur leurs livres de légende .Peut être pour l'éternité? .Il leur fallait une loupe pour nous trouver sur leurs livres d'écoliers. La réalité virtuelle aidant ,nous apparaissions pour le reste de l'humanité comme des poissons type Rouget ,sur un fond de Marseillaise dans un petit pays appelée la Gaule hexagonale par une certaine Evelyne ,la femme météo toujours à l’aise pour nous inventer des cyclones inconnus en France Métropolitaine .

             Et nous ? pauvres Gaulois derrière nos masques, nous regardions dans ce miroir appelé tube cathodique, notre réalité ,notre futur peut être? Nous avions tout perdu ,nos idées ,nos pensées, nos désirs, nos envies, nos amours ,nos espoirs. Tout cela à cause d’incapables au pouvoir tentaculaire dans les gouvernements successifs. Médiocres à gérer une crise appelée( gripette) par certains. N'ayant pas anticipé ce problème ils nous avaient enrubannés de soucis impossibles à résoudre. Nous appelions cela être roulé dans la farine, sauf que cette dernière se faisant rare, bientôt plus de pain : plus de baguettes régionales !! le prix des matières montait , allait mettre le monde entier sur la paille , plus rien de ce qui fut la France n’apparaissait dans le bon ordre .Cette France profonde que tout le monde s'arrachait disparaissait . Le soir dans le métro, le soir dans les campagnes ,le soir dans nos voiturettes à pédales , la nuit dans nos lits couchettes, à table devant notre bol de soupe, quinoa ou de riz Chinois, nous rêvions à ces temps révolus .

           Même plus de BAGNIOLES !! vous vous rendez compte ? des voiturettes deux places, pour toute la famille ,plus de vélos à assistance électrique!! D’ailleurs , plus d'électricité du tout !! Le miroir aux alouettes de ces tentaculaire girouettes à fabriquer du courant ne tournaient plus très bien, tombaient les unes après les autres dans un vacarme assourdissant. Cette rare énergie verte de rage , est réservée à nos seules usines pourries, et, surtout ! sans syndicats ! il faut le noter quand même!! Pour la vie de tous les jours. les resto et les bars sont réservés à la nouvelle élite: médecins et chercheurs ,nous leur obéissons sur commande, nuit et jour, masques à l'appui !! Eux font la fête !! pas nous ! Comment ça !! pas vous? me demande un internaute Coréen du Nord !!par visioconférence . Même eux sont libres de tous virus!! c'est dire.

         

L'affaire non résoule..le nouveau monde.

                         Et les Américains me direz-vous? Dirigés par les Trempettes de la mort puis par l’ami Badinette , ils ne survécurent pas , restèrent : les puits de pétrole ,sombre présage à leur déconfiture globale. Républicains et Démocrates aigus ,s'entredéchirèrent jusqu'à la fin de l'épidémie. Cette dernière stoppa par manque de combattants ,mais il était déjà trop tard, le mal était fait! Certains retournèrent en Afganisasse recoller ce qui pourrait l’être .Un peu plus tard les Chinetocs envahirent ce territoire perdu, talibanés de cadavres exquis. Quelle tristesse de voir ces yeux bridés envahir pour de bon ces territoires non démocratiques.

                    Et pour les Brésiliens? et bien ces habitants n’urent pas de Bol ! . Dirigés par Boltépoltron ,type abjecte, amateur de corona ,ils payèrent cash la déforestation de l'Amazonie, la canopée disparue, d’ originaux virus réanimés furent de nouveau opérationnels, anéantirent toute cette population calfeutrée dans les favélas ,attendant cette fin d’un monde qui s’approchait par-dessus les plages de Copacabana .La grande faucheuse sorte de microbe opérationnel sur tous les fronts ,composée de multiples virus qui de main de maitre prirent le pouvoir.

                  Une paix séparée avec le reste du monde rendit la nature, enfin ce qu'il en restait! à la communauté internationale enfin réorganisée par Bezos et consorts . la C.I.O. la bien nommée, remis les pendules à l'heure sur cette planète dévastée .Ces territoires redevinrent en fait! Ce qu'il était au début des temps: LE NOUVEAU MONDE !! Jean Decier.