Dans la série mon confinement 2020.

Chapitre.01. la visite Médicale.

la visite médicale

    journal d'un randonneur en confinement Lundi 06/04/2020. 02H.35.heure GMT.  

   La Visite Médicale.

            Nous savions, oui ! nous savions , mon épouse et moi même, que ce moment tant redouté était arrivé. Nous avions , par l'intermédiaire de ce formidable et diabolique  entremetteur 'Doctolib '  rendez vous pour la visite médicale. Ce rdv datait un peu, par manque de médecin portatif  sur  Luchon, nous avions réservé notre tour depuis au moins  six bons  mois , je dis bien180 jours  !!Bien avant la crise du covids , bien sur ! Le passage sur la sellette se trouvait  être aux hôpitaux des bras cassés  , la Reine des Pyrénées , enfin 'la petite reine' , faut pas exagérer quand mème ! . Une ville endormie  , seulement réveillée par de rares voyageurs égarés  , traversée par des passants tristes , convaincus que le mauvais sort s'acharnait sur eux et finirait , le jour d'après , par les enterrer dans le cimetière d'à coté . Plus de thermos ludiques , plus de machines à fric , plus de fêtes des fleurs , plus rien , mème plus de tour de France de la pédale douce ! Nous partons ,  autorisations  dérogatives en poche , direction la ville engloutie de malheurs . Je ne roule pas très vite, mais passe  donc la troisième ! me crie mon épouse !!!je suis à trente cinq à l'heure , alors passée la deuxième c'est déjà pas possible !!                       Elle c'est installée à la place du mort ! Notre toutou la queue frétillante à l'avant, moi au volant bien sur !!.Le premier rond point ? un calvaire circulaire ,  cerné de chicanes  métalliques ; je le passe en septième pratiquement au ralenti. Elle souffre la voiture capturée de chez Renault. C'est pas très important ,c'est pas ma voiture  ! petit moment de joie quand même. Arrive enfin la ville sacrifiée , personne !!que nous !!, vue notre allure et notre plaque 35 ,nous attirons l'attention du policier municipal caché derrière une poubelle , celle ci ! par manque d'employés municipaux , déborde de tous les cotés . Vous cherchez quelque chose, une place peut être ? Oui monsieur l'agent, les hôpitaux se trouvent à quel endroit ? Les hôpitaux? Vous n' êtes pas d'ici ?  Tout de suite lui et son acolyte dégaine de leur poche !un flingue !! VOS PAPIERS vous les BRETONS !!cette interpellation résonne dans cette avenue tellement déserte de badauds (nous sommes en plein confinement première époque , la plus dure et la plus longue , 57 jrs. ). Nous sommes réguliers monsieur, tenez, bon ça va , la carte d'identité n'est pas de première jeunesse me crie t'il à la gueule (pas encore de masques ) .Putain il n'a pas de masque , je prends plein de postillons bien gras de restes de frites bien huilées ,  sur ma figure ; c'est cuit !! me dis-je en une fraction de seconde, trois semaines de confinement pour rien !! Vite fermons la vitre, ça marche pas, plus de moteur !! encore des frais à prévoir !!                           C'est pas possible elle aurait du me le dire !!Ma carte d'identité date de mes 18ans ,j'en ai soixante sept , je n'avais pas fait attention !!.Bon garez vous la  , les hôpitaux sont en face .J'obtempère , mon épouse et moi vite fait bien fait.Le chien , pressentant un malheur ,  hurlant à la mort reste sur place ,et,s'installe au volant .Il adore ça. La salle d'attente est déjà remplie , de tout et de rien , de gens peu connus ,  des gens du cru, quoi !!Tous ont le masque des mauvais jours ,mais sans le tissu ,  cela se voit , c'est inscrit sur leurs nez rouges de frayeur .Ils sont tous malades me susurre mon épouse. Oui c'est vrai, mettons vite l'épingle à linge prévue sur nos narines. Nous attendons notre tour , presque deux heures déjà, SUIVANT!!!!!!! c'est pour nous, UNE SEULE PERSONNE A LA FOIS, crie la secrétaire imprévisible, celle la !  je ne peux pas la piffrer, une sorte de repoussoir aux clients potentiels , rien à faire ici  cette pimbèche !  . VAS y !! dépêche, plus vite sera fait plus vite nous retournerons en confinement . Elle ressort quinze minutes après , alors ? rien ,non rien ,rien de rien, se met t'elle à chanter!!J'y vais doucement ,pas de poignée de main seulement un tape sur mon épaule, alors mon brave!!, pas encore gagnée cette putain de guerre? me dit t'elle. Ca va un peu patraque, mais çà va. Nous allons regarder cela tout de suite mon vieux , soixante sept ans ,ha! pas terrible!!faudrait pas l'attraper ce machin ? Enfin le covid 19 bien sur. TOUSSEZ!! bordel TOUSSEZ très fort, encore plus fort!Je gonfle mes pectoraux de randonneur averti et je souffle tout mon possible, Le stéthoscope sur ma poitrine me chatouille, la vache elle sait y faire! Me dis je! Je fini par cracher quelque chose, ATTENTION un COVId, je savais bien que j'en aurais un à mon tableau de chasse me crie le médecin. Je manque de m'évanouir. Appelez un médecin crie t'elle dans le couloir, mais vous êtes médecin? Oui bien sur! mais pas folle, je délègue dans ces moments cruciaux, moi.! Mon épouse arrive en catastrophe, vient mon chéri barrons nous d'ici. Et vous!! on n'abandonne pas le navire me crie le pompier de service, complètement débraillé, la ceinture même pas serrée, je devine un instant d'où il vient ! Non c'est pas ce que vous pensez, il venait des TOILETTES!! Je le devine car du papier se trouvait encore collé sous ses chaussures . La sirène arrive ,des renforts surgis de nulle part nous croisent dans les escaliers datant du siècle dernier. Nous croisons l'ancien maire déchu , encore attentif à sa population,  il brave les intempéries, quel brave homme.!!Je glisse sur une crotte de chien devant l'entrée ,patte gauche c'est mieux, direction voiture. Vite il  nous faut foutre le camps rapidement, pas simple avec une trois cylindres, pas rapide la Renault.Qui part en Renault revient en vèlo,et bien! c'est fait!!, elle ne démarre pas!!Descends on va la démarrer poussée, le chien devant ma femme derriere?vroum!vroum! C'est bon nous voila partis ,nous ne trainons pas ,pas le temps de s'arrêtez au bar du coin prendre un café. Mais je suis sauvé, j'ai recraché ce virus je suis guéri!!!!!!!!!C'était pas si compliqué.    Jean Decier..............