UNE RENCONTRE // Chapitre 01

                  Nous nous étions rencontrés fortuitement quelque part dans ces montagnes. A priori aucune affinité détectée, pas de regards appuyés, rien! que du vide dans mes pensées, je le  pensais!. De son coté difficile à dire!! Une femme mure ,tout à fait jolie, un sourire presque enjôleur, pas comme moi. Une passante sans soucis , que l'on rencontrerait, toute sa vie durant ,dans le métro parisien. Vous pouvez passer à coté d'une personne comme elle, sans y prêter attention, ni vue, ni connue, en vérité beaucoup de gens passent sans se voir , sans se sentir, sans se dévisager, bref complètement indifférents. Vous me direz : c'est la vie de tous les jours? c'est exact! Beaucoup de gens ,heureusement tombent sous le ravissement immédiat, cela s'appelle peut être :  un coup de foudre. Pour ma personne j'étais entre les deux, je regardais ce visage, mais je ne m'y arrêtais pas trop, même pas du tout. De cette indifférence certaine, j'allais passer à une indiscrétion secrète. D'abord son nom? je demandais à une de ses copines randonneuse! Elle s'appelle Brigitte!! rien de plus, c'était pas la Bardot quand même. Comme moi ,elle excellait dans la photographie , ce fut le début d'un petit quelque chose, ho! pas bien important! mais! un début quand même. Nous échangions sur les vertus respectives de nos APN. Elle plutôt la macro,sa prédilection  sur la flore, et la faune, moi sur les paysages et surtout sur mes contemporains. J'adore saisir au vol ces expressions , ces mouvements divers de tous mes amis randonneurs. Un jour nous étions seuls un peu écartés de ce groupe, son appareil sur le trépied manfrotto, elle guettait l'envol de ce papillon merveilleux, regarde me dit t'elle, regarde ses ailes!!!! Je m'approchais de ce viseur minuscule, elle se déportais légèrement sur l'écran numérique. Nos souffles se rejoignaient ,se diluaient dans l'air, adieu la distanciation sociale!! tant pis !! c'était si beau .........ces ailes de papillon!! Je sens sa joue souple, brulante, le soleil est de la partie bien sur, nous restons une bonne minute, le papillon est parti, mais nous! nous sommes encore la!! Je m'éloigne déjà, comme ce fut court ce moment béni, je découvre ce visage enfin, et, la! le moment d'égarement, que j'en ferme mes yeux, je me mets à rêver, j'ai une envie banale de l'embrasser, trop tard, elle s'éloigne déjà. .. Quand je les rouvrent , je m'aperçois que les siens sont carrément clos. Une joie indicible m'envahie, me submerge, je remballe le matériel électronique , vérifie la photo de ce machaon, il est parfait dans la boite à images, me réponds t'elle. Attends un peu!!je vais te prendre en photo? Non! non! si! elle insiste, je préfère pas ,mais si!!! c'est fait, le déclencheur à fait son job, petite ouverture, vitesse rapide, comme ça tous mes rides seront remarqués, c'est malin!!. A mon tour de déclencher , mon optique dédié va cerner au plus juste ce visage féminin , en noir et blanc je préfère !! Ses yeux brillent de mille feux, le capteur fait le reste, cerne au mieux, je déclenche!! L'image est magnifique, en fait ce visage est tout simplement BEAU!! je m'aperçoit de ma bévue de ces dernières semaines: je n'avais rien vu!! C'est vrai que sur la pellicule nous distinguons autre chose, cette dernière insoupçonnable à la première perception, reste inattendue , tant que nous nous sommes pas approchés du sujet. Il c'est vraiment passé quelque chose. Je le pense fort, nous allons redescendre ces rochers, le temps passera très vite, à la prochaine!!! ,nous nous séparons . Chacun de notre , coté, nous retournerons à nos occupations respectives. Je rentre à la maison, archive sa photo, bien au secret dans mon téléphone portatif. Trois jours plus tard, mon tel.se mets à vibrer, tiens!! qui m'adresse ce message? Ce numéro est inconnu dans mon carnet d'adresses. D'habitude, j'efface immédiatement tous ces appels, certainement intempestifs. Cette fois ci? non, je ne sais pas pourquoi, je vais le décrypter, en fait, un pote me donne un rendez vous pour lundi ,au départ de ce sentier sympa. Normal, j'en avait parlé avec eux la dernière fois, mais! je ne sais  pas qui c'est? J'appui sur quelques touches pour savoir!! on me réponds: c'est une surprise!! Nous verrons bien, de toute façon nous sommes samedi j'ai le temps de préparer ma sortie, et, si la météo n'est pas au rendez vous , je resterais à la maison. J'aurais du regarder dans la liste de mes connaissances, mais non, je n'ai pas cherché plus loin le mystérieux marcheur. Dimanche soir je prépare donc mon sac, la météo est au beau fixe!! comme d'habitude les denrées alimentaires de circonstances seront rangées dans ce sac déjà bien amorti. Un deuxième texto apparait subitement: désolé je vais directement allez à la cabane en bas du pic, car je préfère partir de chez moi. Bizarre !! bon tant pis, je partirais seul, je prendrais par le col, ensuite passerais à cette cabane isolée, cela, bien sur, me fait faire un détour, ce n'est pas très important. Il n'y a pas d'heure de passage à cette cabane, j'espère quelle est ouverte? il est sept heure trente, le départ approche, ma chérie est encore couchée, grasse matinée!! elle a bien raison. Moi, pour ma part j'adore démarrer de très bonne heure, le ciel est extraordinairement pur, dégagé de ces nuages de la veille. Peut être un orage cette après midi, je dis bien peut être!! De toute façon je suis équipé dans ce sac: tout les vêtements de pluie, pare vents ,même des gants on ne sait jamais. Quand il pleut, les mains glissent beaucoup moins sur les poignées du bâton. Quand nous randonnons nos musettes paraissent comparées à celle des touristes, beaucoup plus proéminentes. Eux! n'emportent que le minimum, c'est à dire presque rien!!Mais bon, ils sont heureux, ils s'échappent une semaine ou deux dans cette montagne, c'est court!! Pas assez de trésorerie pour investir dans l'équipement de randonnée, nous en croisons parfois complètement non équipés, les hommes torses nus, les femmes en soutien gorge, les enfants en savates, et j'en passe. Au bord de ces lacs majestueux nous les retrouverons déambulant le long de ces berges absolument propres. Elles ne seront pas longtemps rutilantes!!! Après trois heures trente de montée, j'arrive à cette cabane. Personne!! pas Ames qui vivent, j'en fait le tour, j'ai quand même un peu d'avance, je défait mon sac, j'ouvre la porte en métal. Pas un chat!! Je m'installe, je vais sortir le banc brimbalant. Alors ! logiquement mon pote doit arriver par ce coté la, donc il vient certainement de la ville voisine en bas, et non pas de ma vallée! j'en déduit que c'est un très bon, car, de ce coté la ça grimpe fortement. Midi à ma montre connectée Samsung, un message!!! j'arrive dans cinq minutes!!!!!!!!!!!! Au bout de la pente une forme avance, d'un pas alerte, c'est un bon, il c'est coltiné un dénivelé formidable. Il porte un short très court, il me fait signe de ses bras, Il va passer le ruisseau ,il saute de pierre en pierre, il est agile. Je m'apprête à le rejoindre..................à suivre............

Une Rencontre // Chapitre deux.// Plaisir coupable.

                          J'écarquille les yeux..........NON!! je ne rêve pas.........Brigitte est devant moi à quelques mètres, virevoltante, tellement alerte sur ce sentier!! Je rougis, je le sens, une femme m'a donné rendez vous ici? Dans cette cabane perdue? Son short met en valeur ses jambes magnifiques, un bandana lui recouvre son front, empêchant ses cheveux de retomber devant ce visage bronzé par le soleil. Je vais l'aider à dégager son sac!! pas la peine elle la soulevé comme une plume. C'est certainement une sportive accomplie, même à un Age avancé certaines femmes sont de véritablement monuments de souplesse. Elle, toute en muscles, dégage une force insoupçonnable. Tu as préparé le feu pour les grillades? Je n'y avais pas du tout pensé, des allumettes ,du papier journal tout est dans mon sac en cas ou. J'ai le droit à une bise légère, comme celle des copains, j'espère un peu plus forte plus tard. Je me change!! fait comme chez toi Brigitte. Tu peut regarder , tu en as vu d'autres je pense? Oui c'est vrai!! Je découvre une poitrine ferme ,composée de petits seins absolument sublimes, à presque cinquante huit ans, elle déménage cette femme!! Elle a remis un tee short des plus affriolants possible. Je devine les pointes de ses mamelons dressés vers l'avant, son torse exsangue de graisse se trouve complètement moulé par ce tissu en toile de coton. Je regarde ses pieds, comme ils sont menus!!! pas comme les miens ,énormes comme des pattes de canards. Bon!! nous avons trois heures devant nous, plus la grimpette finale, bon! moi je file vers cinq heures ,pas une minute de plus!!C'est ferme, précis de sa part. Je suis d'accord sur tous les points, sauf que peut être? l'orage va venir contrecarrer nos projets. Ne t'inquiètes pas j'ai la couverture pour dormir éventuellement. Et ton mari? pas de soucis de ce coté là, il est en déplacement à Bordeaux pour trois jours. Et tes enfants? j'en ai pas!!Je suis libre comme l'air. Et toi? ho! moi tu sais ma chérie m'attends tout le temps ,elle a l'habitude de me voir partir, mais est très soucieuse de mon retour. Bon!! ce que je te propose c'est de manger bien sur! et de se faire une petite sieste crapuleuse à l'étage de la cabane, ok?, Je suis évidemment d'accord sur tout, j'imagine le repos la haut, sur ces matelas plein de puces, ha!!non ils sont recouverts de plastiques maintenant. Elle ne fumes pas ,pas de risques d'incendies, c'est bien ,elle ne boit pratiquement pas non plus, fait du sport toute l'année, j'ai une championne dans cette cabane avec moi. Le repas touche à sa faim, elle sort vérifier que aucune personne n'arrive, pas de risques la bicoque est en dehors de tout chemin. Nos sac sont rangés , prêts à partir , nous faisons comme ci nous étions en partance. Nous grimpons sur le châlit suspendu, elle se déshabille complètement, je ne peut me découvrir comme ça? Allez décides toi!! fait comme moi tu seras super bien préparé pour siester? Mes doigts glissent sur la couture de ce pantalon en toile, je suis gauche maladroit. Elle va m'aider ,fait glisser doucement mais fermement le reste de mes habits, enfin ce qui reste. Elle découvre mon sexe, tout penaud ,tellement surpris de cette rencontre. Il va durcir très rapidement, elle n'aura pas besoin de ses mains pour activer ma libido. Je suis déjà en trance, mais il va falloir faire durer ce plaisir!! Nous sommes allongés sur le dos, face au plafond en bois décrépi. Je tente de manipuler son sexe, elle va m'introduire dans son secret complètement dépourvue de poils, c'est nouveau pour moi, pas de poils à caresser?. Elle, de son coté va rapidement prendre les affaires en main. Elle a envie! c'est certain ,elle ne demande qu'à être reconnue comme une vraie femme mature. Tu connais les positions du kamasoutra? Oui bien sur quelques unes!! Ne bouge pas surtout!! elle va me soulever mes jambes ,les écarter ,et s'enfoncer délibérément dans mon être. Ne jouit pas encore !!mon salaud!! fait durer ce plaisir; j'ai envie d'orgasmes comme tu ne peut pas imaginer? J'ai affaire à la fine fleur du sexe!! elle va me dérouiller les uns après les autres tous mes sens, approfondir mes connaissances en matières sexuelles, et ce ,en deux heures chrono. Je sens le premier, son orgasme se déchainer, son corps tout entier se révolte, il est en insurrection , s'agite ,c'est démentiel, il va rentrer en dissidence!!Vas y tu peut y aller maintenant, 'j'accélère mes mouvements, et dans un soubresaut de douleur j'éclate mon corps de toute parts. Il est maintenant non civilisé, indocile, réfractaire à toute interdiction pénale, l'envie se déchaine en moi, envie de frapper son corps, je hurle de plaisir effronté:!!.Doucement mon gars, nous verrons plus tard les possibilités de se faire l'amour, commençons pas le commencement. Mais !! J'ai une vraie lionne dans mes bras, elle en redemande encore, à califourchon elle n'a pas attendu que je finisse, allez mon chérie !! c'est pas terminé, je veux baiser cet après midi encore ,encore,. Mon sexe n'a pas le temps de se ramollir, il refrémit déjà, ça revient encore plus fort, comme une cavalière sur son cheval elle va réactiver nos désirs, elle se penche maintenant vers moi, sa bouche s'engouffre dans la mienne, j'ai pas le temps de réagir, déjà ma semence explose!!Ha mon salaud tu jouis seul maintenant? ni une ni deux elle sort de moi, me présente son cul, vas y enfonce moi ta verge tant quelle est est encore dure!! Je ne sais pas si je vais arriver à retransformer ce sexe en bâton des plus dure, mais je suis tellement excité par cette femme que je vais transformer l' essai une nouvelle fois, cette fois ci je l'envois au, je pense, au huitième ciel, c'est un cri féroce qui sort de sa bouche, des minutes éternelles se suivent, je m'enfonce de plus en plus ,dans ce corps maltraité, ma semence sort toujours, nage dans un océan de sperme. Il m'en reste encore ,quand elle se retire se retourne et, va avaler le reste de ce que je retiens dans ma verge. C'est inoubliable, la tigresse se trouve recouverte de liquide salvateur. L'orgasme de mon coté revient de plus belle...alors tu vois il ne faut pas désespérer, elle m'embrasse de nouveau, j'avale goulument ce liquide de mon corps. Nous tombons enfin de fatigue, c'est pas fini ,nous nous mettons en position tète bèche, nous allons nous endormir, son sexe dans ma bouche, ma langue dans ces lèvres, elle mon pénis encore raide dans sa bouche. Elle me le suce encore, comme une friandise c'est pas vrai!!!un mini orgasme me suit toujours!!elle a compris elle assure encore, cela n'en finit pas. De mon coté son clitoris se durcit encore, je le contourne avidement, subtilement, à n'en plus finir, qu'en je m'endort définitivement. L'orage éclate dehors, une terrible pluie. Un peu plus tard c'est la tourmente idéale pour rester dans ce refuge, pour la nourriture pas de soucis, on va faire avec. J'envoie un message à ma chérie, dit de ne pas s'inquiéter, je redescends demain matin à la première heure. Elle se trouve rassurée enfin je l'espère. Pour nous dans ce refuge une nuit terriblement agitée nous attends. En début de soirée ma Brigitte me désires déjà!! il faut y aller ,pas une minute à perdre, nous recommençons plus doucement, des marques de tendresses prennent la place de cet amour enragé, véritablement indiscipliné. J'aime mieux ca. Toute la nuit elle va m'apprendre différentes positions formidables, je suis émerveillé devant tant d'audaces de sa part, je m'habitue à ce corps follement attirant, quand nous avons envies d'orgasmes cela vient immédiatement, elle est extraordinaire cette femme. Elle finira pas me dire : tu es un bon coup quand même!!Je vais être franche avec toi, moi!! c'est le rapport sexuel uniquement qui m'intéresse, mon homme certainement volage, ne vient plus du tout à moi, accaparé par ses affaires extérieures; donc j'ai besoin d'un vrai male qui s'applique à me faire l'amour, me mener à l'orgasme, me faire envie de lui faire mal!!A la maison j'ai tout ce qu'il faut pour te punir, si tu vois ce que je veux dire!! Mais attention pas trop de tendresse, je ne désire pas m'accrocher à toi!! Je préfère garder ma sécurité financière, tu comprends? J'avais parfaitement compris son élan, en fait, je m'étais fait à l'idée de te sauter comme cette nuit. Il est six heures, nous allons faire l'amour passionnément comme deux amants, fourbus après cette nuit d'étoiles ,nous allons encore et encore se faire du bien, nos corps repus sont enfin rassasiés. Nous sommes assis l'un en face l'autre ,nus, ruisselants de lumière du petit jour rentrant dans la cabane, j 'ose pas lui dire, que je l'aime déjà, se serait le risque de la perdre. Nous allons nous débarbouiller dans la fontaine, dehors , derrière la cabane, nous nous frottons doucement, elle mes parties génitales moi son ventre lisse comme une pierre. Cette baignoire de pierre peut nous prendre tous les deux, nous nous enfonçons dans cette eau limpide mais fraiche. Allez il est temps de se quitter, nous ne ferons pas le pic, des nuages encore menaçants seront de la fête cette matinée. et de toute façon il ne nous restent plus rien dans nos sacs. Bon!!mon amour dit elle en plaisantant!! Je te laisse je redescend par ou je suis venue, sinon pour les prochains rdv. Je fais comme hier un message surprise, pas signé, comme ça ta femme ne pourras pas savoir! Tu es ok? Je suis évidemment d'accord, elle me précise que de temps en temps cela se fera à l'hôtel, si le temps est vraiment dégueulasse, et l'hiver bien sur!!Samedi ,je serai la, mais pas question de faire les imbéciles, il faut que cela reste un secret entre nous deux, Même mes copines proches ne doivent pas savoir ce qui c'est passé entre nous, c'est compris. Oui, bien sur; mais ce que j'ai compris en fait, c'est quelle veut me garder pour elle toute seule!!Nous nous quittons, j'ai une envie furieuse de courir après elle, mais cela m'est définitivement interdit, elle, elle seule commande mes débordements catastrophiques. Je vérifie mes vêtements, ma coiffure, ma solitude m'envahit subitement, je vais pleurer de toutes mes larmes, mon corps ne réponds plus, cette rencontre fortuite m'a démoli encore une fois ce cœur d'artichaud. Je ne sais plus, je ne sais pas ou allez: rejoindre cette tendre épouse, me jeter par dessus cette corniche? courir après cette femme ,elle est déjà très loin!! Je m'affale lamentablement sur le pas de la porte, j'ai fais une connerie monumentale, je le sais ,je le sent déjà, je ne pourrais affronter le regard de cette femme qui m'attends en bas dans la vallée. Et pourtant ce corps nouveau pour moi, est tellement attirant? Je me relève enfin mon sac sur mon dos ,referme cette cabane maudite. J'avance d'un pas incertain, comment faire bonne figure? Je ne sais pas mentir!!Elle si tendre, si attentionnée à mon égard, presque maternelle. Je souffre terriblement pas de douleur physique bien sur; mais de cette douleur incommensurable, inexplicable. Mon corps ,ce corps détestable tremble également. Tant pis pour lui, il le mérite, il va falloir le faire souffrir terriblement encore, cela ne finiras donc jamais? je ne suis peut être pas normal? Je retrouve le soleil dans cette vallée perdue;, la voiture est bien la, pas disparue elle! Je file à allure soutenue vers ma destination obligatoire. Je vais affronter l'impossible, je précise LE MENSONGE délibéré. Mon corps est ailleurs maintenant, je n'y peu absolument rien, il est rentré en dissidence, il a besoin de cette rencontre absolument épouvantable, l'empire de mes sens me débordent maintenant. L'homme mutin, indocile va affronter sa femme charmante, si douce. J'attends le texto secret avec impatience.......................Jean Decier.