Refus D'optempérer.

                 Je suis blotti sous ce guéridon circulaire, mon corps recroquevillé se tient à son trépied métallique, ce dernier entouré de lianes géantes, va se transformer en reptile , ce dernier glisse le long de ce socle supportant la desserte. Les ornements magnifiques de cet écritoire sont petit à petit avalés par ce monstrueux python , car il s'agit bien de cet affreux animal, tant redouté par tellement de mortels . Je prends instantanément peur!!! brusquement je passe du rêve à la réalité , !! ouf!! Je me réveille, me lève , recherche machinalement l'objet du délit, la tablette a bien sur disparue, n'a jamais existée, j'en suis sur!. Rien dans cette alcôve définitivement désertée par ce rêve. Je réfléchi un court instant, je redescend à ce moment précis sur le parquet vitrifié . Je viens de quitter cet état de profonde somnolence diffusée dans mon subconscient. Je veux enregistrer dans ma mémoire effective ce que je viens de voir, de ressentir, pas de vivre désormais dans le présent , cela s'entend !! avec certitude je réalise très vite, que c'était un rêve, un de plus . Il me faut absolument, séance tenante, que je note ce que je viens de subir , ces images volées à l'imagination de ce cervelet s'estompent déjà à une vitesse folle. Je resasse encore , réfléchi , fait marcher mon cerveau, avec ses tout petits neurones disponibles, impossible d'en extraire plus!!. C'est la nuit , ils dorment aussi, c'est normal, parfaitement légitime. On ne mélange pas les ténèbres avec la lumière du jour . C'est mon quotidien depuis plus de cinq mois. Aucun répits ne ne me sont accordés , après ce sommeil que les gens intelligents appelle paradoxal , il faut me réveiller , étudier la marche à suivre, peut être !! Souvent me lever quitter ce lit douillet partagé avec ma chérie, descendre dans le noir obscur cet escalier . Généralement je suis en grande forme , je ne chute jamais, sinon je resterais au lit à découvrir d'autres songes, mais ce jour la, je suis prêt à taper sur les touches de ce clavier magique. Entre la descente de lit franchie , et la mise en place de mon arrière train sur le siège de mon bureau , il ne se passe pas grand chose, seulement une joie non dissimulée, celle de créer quelque chose à mon image. Je bloque ma respiration, j'ai réussi à capter des brides de ma future histoire, il ne faut surtout pas les perdrent . Et c'est la !! que le plus laborieux canevas commence , mon cerveau pas docile du tout , un peu grégaire, réfractaire à tout partage , me mets des bâtons dans les roues , en égoïste parfait , il veux garder absolument tout ce bocal pour lui, m'empêcher de raconter ce que j'ai vécu de concert ensemble dans ce sommeil réparateur. C'est un mauvais coucheur , il en devient impénétrable , indifférent, sourcilleux à mes demandes non négotiatives. Je comprends sa réaction, moi ! il m'arrive souvent , quand je sort de ma sieste journalière je suis inexplicablement impénétrable , complètement chafouin , à ne prendre qu'avec des pincettes , ma chérie en sait quelque chose !! . J'actionne le bouton de ma petite chaine musicale , je compte sur le gazouillis mélodieux pour l'amadouer , l'adoucir. Il c'est passé une bonne demi heure depuis le début de ces disparates écrits ,mais je suis en marche pour une nouvelle écriture , j'ai capté une petite partie de cette anesthésie qu'est ce rêve. Mes neurones sont à leur tour en ébullition , ces derniers réveillés par ma volonté d'écrire vont se débrouiller pour rechercher les lettres , les mots , les phrases, le paragraphe, enfin le chapitre. Il me faudra du temps pour clôturer l'histoire. De temps à autre j'arrive , si je ne perds pas trop d'intervalles , à retranscrire ce que j'ai vu , pas vécu bien sur!! Certaines circonstances font que mes récits sont sympa, beaux , directs, abjectes, sordides, nauséabonds, tellement horribles que je verse une larme par ci par la. Je m'attache à mes personnages douteux , je leurs fait du mal aussi, ils ne se plaignent jamais. Ils sont dociles, maniables, s'adaptent à toutes les situations ubuesques. Ils deviennent , sous ma frappe des caricatures de méchanceté, ou de beauté, c'est comme le vent, un jour gris, un jour vert, un jour bleu .Déjà une heure que je tape, et déjà !! depuis pas mal d'étapes le rêve c'est évanoui, il me faut piocher dans mes retranchements. J'avais tant espéré écrire quelque chose de miraculeusement beau, quelque chose de réellement esthétique à lire. Je ne cherche absolument pas la gloire, celle des grands prix, mais tout simplement la fraicheur de cette finesse d'écriture que je trouve chez ma libraire préférée. Ce bouquin que je vais dévorer à vitesse accélérée, que je rangerais précieusement sur son étagère. Il y resteras des mois, des années peut être, avant de finir dans le grenier. Je vous racontes toutes ces fadaises, mais je n'ai toujours pas construit la suite de ce rêve. Il s'est évaporé , perdu dans ce cerveau non coopératif !! Il est presque trois heures du matin, de gros nuages s'amoncellent dans cette nuit déjà noire, pas une journée à randonner. Je pioche encore plus profondément , mais rien ne vient !! je suis en attente de l'étincelle salvatrice, celle qui va débouler à toute vitesse, deviendras rapidement indomptable , ne reculant devant aucune faute possible. C'est raté pour cette fois, je ne suis absolument pas satisfait de moi, mes doigts en attente de réelles directives s'impatientent, le chômage forcé , le plus terrible pour l'écrivain en herbe que je suis. J'aime tellement sortir des écritures, cette fois ci ! c'est la panne sèche, pas de traces indélébiles sur cet écran, pas'' d'enregistrer sous''dans le dossier prévu. Peut être que je n'ai pas choisie la bonne radio pour accompagner cette garniture de mots. Je commence à bailler, la musique me fatigue, je vais prendre le train qui passe, pas celui sur la voie ferrée délabrée , mais celui du sommeil réparateur, essayer de repiquer à ce cerveau récalcitrant quelques brides de cette histoire classée. Peut être , une autre fois, je la saisirais au vol , la retranscrirais parfaitement, la , je serais réellement satisfait .J'aurais fait la pige à ce coffre perché au dessus de mon crane usagé par tant d'années de bons et loyaux services. Je dors déjà!!!!!!!!!!!!!!!!