Pénélope..// saison deux.

Chapitre.01.// le corps intérieur.

Chapitre.02.// le couple diabolique.

Chapitre.03.// le fils de Camille.

Chapitre.04.// dans le corps intérieur.02

Chapitre.05.//homme ou femme ?

Chapitre.06.:// orgasme virtuel.

Chapitre.07.:// les monstres.

Chapitre.08.:// un corps de rève.

Chapitre.09.:// le corps de Pénélope.

Chapitre.10.:// à la poursuite du professeur.

Chapitre.11:/: les monstres sataniques.

Chapitre.12:// Enfin femme.

Chapitre.13:// les bébés.

Pénélope /: saison deux.le corps intérieur.

       Nous étions sortis sains et saufs de ce cratère volcanique , l'éruption tant redoutée n'avait pas eu lieu , néanmoins des volutes de fumées chargées de ce soufre malodorant nous avaient fortement incommodés ; mais rien de bien méchant . Le bateau toujours amarré , Camille nous tendait la gaffe. Nous accostions à ce  bastingage , soulagés de ne pas avoir perdu la vie , nous avions tellement de choses à redécouvrir dans ce vaste monde abandonné . Le fils à Camille , être conceptualisé par cette magie surnaturelle , péchait le requin pelerin à bâbord de l'embarcation , nous accordait dorénavant plus  aucune attention bienveillante  . Camille d'un optimiste débordant , heureuse de nous revoir après ces jours  passés seule sur cette mer silencieuse , avait également beaucoup de choses à nous raconter.Avait t'elle recontrée ce prinche charmant  , véritable loup de mer ? Pour ma part , j'étais extrêmement fatigué , un impression bizarre , dorénavant ,  m'habitait , je n'était plus  comme avant , mon cerveau jonglait avec ces deux personnes ,je ne savais plus qui j'étais , lui ou moi !! ou les deux à la fois , impressionnant à la fois et déroutant par moment , je changeais  de structure , imperceptivement toutes les deux à trois minutes . j'arrivais avec le plus grand mal à me reconcentrer , tout m'échappait à mes sens d'ordinaire extrêmement développés . Je m'allongeais enfin dans la cabine la plus spacieuse , celle du capitaine , Pénélope à coté de mon corps dénudé pensait à la suite des évènements . Nos mains , nos bras se trouvaient cote à cote , une chaleur interpénétrante se diffusait à travers mon corps ,il était surprenant  que  nous avions quelque chose en commun de littéralement mystérieux à partager , ce retour dans cette maison de village  pas du tout inconnue pour moi ,me transportait de joie , et à la fois une peur panique m'habitait pour cet avenir certainement misérable .Le ventre de ma Pénélope était légèrement rebondant. J'avais une envie démoniaque de lui faire l'amour à la hussarde , la violer serait le terme le plus approprié , mais ses cuisses légèrement écartées m'invitaient sans aucune douleur  à ce voyage interminable que seul le sexe peut vous donner dans la vie amoureuse .Je me rapprochais de son abdomen , il était superbe , une rondeur inexpliquée m'invitait à le caresser , ce fut doux au toucher, je m'aventurais dans cet orifice adoré de ces hommes disparus . Je veux parler de son sexe , surmonté de lèvres manifestement charnues , la densité de ce liquide blanchâtre inondait cet orifice naturel. Avec ma langue je m'aventurais légèrement , le clitoris turbulant , bouillonnant  , devenait démesuré , comme un joskist il se manœuvrait docilement  et , déversait chez elle un fabuleux monde de jouissance insoupçonnée . Un décor s'offrait à moi , démesurée ma verge attendrait , ma langue fera d'abord ce travail d'expert  , amenant un maximum de  volupté , à cette femme décidément offerte . L'orifice s'agrandissait à vue d'œil , une caverne littéralement profonde se proposait à la découverte . Je caressais la vulve, déclinait l'offre de ce scrotum délirant. Pénélope réclamait mon sexe, cette femme  ! si je la laissait faire est capable de tout et de n'importe quoi !! C'est incroyable !! ce vagin est devenu monstrueux , une ouverture à faire sortir un mioche . D'un coup de langue en coup de langue, je sens le frémissement de son orgasme, je suis au cœur de ce ventre absolument magnifique. Je pourrait,  si je le désire résolument me faufiler  dans cette station archéologique  démoniaque. Elle , de son coté avide de déguster ma verge , s'en est emparée  avec force  et persuasion, me contraignant à la durcir de façon phénoménale. Une énorme caverne libidineuse s'offre à moi , pas besoin d'outillages particuliers ,  je vais rentrer ma tète!! je suis en train de la pénétrer avec mon corps  tout entier !! Dans cette anatomie offerte , une impression de découverte me titille , je continu à glisser , à m'aventurer , mon sexe est rentré  dans la collection d'organes , c'est dire la profondeur disponible. Une envie de percer ce mystère de ce corps humain me force à avancer dans ce labyrinte  . Ce n'est pas ma Pénélope que je traverse de part en part , ce n'est pas possible. Je respire normalement ,subitement !! elle a le hoquet , je perçois cette succession de contractions spasmodiques involontaires et répétées du diaphragme ,associés à une fermeture de la glotte et la contraction des muscles intercostaux .Il me  faut huiler le tunnel de ce ventre secoué de soubresaults  , il me faut évacuer de force, mon liquide biologique se transforme en huile délicieuse , je glisse beaucoup facilement dans cette caverne souterraine . Je remonte peu à peu dans ce corps , je repousse ces kilomètres d'intestins , en bon état rien à signaler pas de sang, tout est neuf , assurément bien entretenu. L'estomac en forme de J n'est pas ,malheureusement dans le même état, un début d'ulcère m'envoie de furieuse sortie gastriques. Je découvre ce fameux pancréas consécutif à de nombreux déboires chez les hommes et femmes. Je suis réellement bloqué en travers de ce foie rempli de liquide d'une couleur indéfinissable , Pénélope va m'inciter à sortir par sa bouche , je suis certainement ce corps éranger qui l'empèche de respirer!! c'est hallucinant, j'ai traversé complètement ce conglomérat d'agrégats  sans aucune difficultés particulières. Je distingue au bout de ce cou une lueur blafarde . Le souffle de sa respiration me balance du gaz véritablement infecte , carbonique certainement, je vais suffoquer si je ne sort pas immédiatement. J'arrive à percevoir la dentition, pas de temps à perdre il y a un danger permanent à stationner dans ces parages , les quenottes en forme de harpon est dantesque , affutées comme le ciseau à bois du menuisier,  bien implantées dans les deux gencives , un bon nettoyage ne serait  ? peut ètre ?  pas de trop:!! Enfin ma tète émerge , j'écarquille mes yeux remplis de ce liquide salivaire  vraiment imbuvable . Mon corps va sortir de ce goulot démoniaque , j'atterris sur un sol fait de sable , comme l'homme qui a marché sur la lune, je m'affale brusquement , nu , sans aucun artifice. J'ai soif , un jet d'eau saumâtre m'asperge , c'est de l'urine, cette femme, je ne pourrais plus l'appeler par son nom, m'asperge de toute ses forces musculaires , accroupie sur moi . Cette femme est immense , certainement plusieurs mètres de haut , je suis quand à moi !  normal . Le jet ininterrompu est en train de creuser ce sable , de m'engloutir  petit à petit , je vais me noyer dans sa pisse interminable  ,une odeur pestilentielle assaille mes narines , la grosse commission n'est pas loin. C'est véritablement épouvantable . Je suis réduit à l'état de liliputien , ou c'est elle qui est devenue géante!!! Pour vous donner une idée de ma taille, je ne dépasse pas sa cheville, c'est dire la monstruosité de cette femme !!! Je réussi à sortir de cette cuvette remplie d'urine malveillante, c'est trop haut pour ma petite taille, un début de tremblement de terre creuse encore plus les alentours. Elle marche avec ses pieds géants , elle creuse un sillon devant moi , finie par enfouir cette crotte archie molle .  Des cavernes apparaissent , un énorme animal à quatre pattes est écrasée par sa pointure trente neuf. Un arbre géant sans aucune branches ,je pense à un oyat , ce dernier sera littéralement balayé par le souffle de cette démarche effarante. Un bruit terrifiant me rattrape , une vague géante genre déferlante arrive à bride abattue . En fait:!! je viens de m'apercevoir, que je suis sur une plage de sable fin. Pénélope est partie contrer cette vague épouvantable , j'imagine qu' elle va se baigner, je distingue ses fesses magiques, son dos parfait . Je pique un sprint effréné, ces quelques mètres sont pour moi plusieurs kilomètres . Je distingue derrière moi , cette femme affronter ces rouleaux monstrueux .La dune de: peut être deux mètres de hauteur s'apparente à une montagne . Je vais creuser des marches comme j'en avais l'habitude autrefois dans la neige . Un tissu est étendu sur ce sable , j'en déduit qu'il s'agit d'une serviette de plage , je circule entre les motifs colorés , je vais m'allonger sur la bordure renforcée. le soleil tape fort , il faut me protéger, j'avise un masque sanitaire  abandonné , ultra léger, je vais m'en servir comme drap en double épaisseur il me servira de couverture , les câbles aux quatre extrémités me servent d'accroches pour ne pas glisser. D'énormes lettres en filigramme, apparaissent sur la tranche de ce tissu d'un bleu ciel , un M ensuit un A finalement c'est indiqué made in CHINA. Un comble, la pollution extrême même résiduelles sont jetés sur ces immenses étendues......Je m'endort finalement, des petits grains de sable déboulent comme des avalanches , la pente est importante , la personne plagiste à certainement choisi cet endroit en fonction de sa bonne implantation confortable . La mer c'est rapprochée sérieusement de cette serviette, de multiples fagots sont poussés avec cette marée , beaucoup de coquillages vides complètement écrasés , sont littéralement éparpillés . Un mollusque vivant , se démène pour s'enfoncer dans un trou , je vais l'attraper, le manger vivant, c'est un bulot , fameux sur la langue , je vais le débusquer de sa coque protectrice, il se débat comme un beau diable , j'avise un pico pour le transpercer, je fais un effort surhumain pour le tuer , et le manger,  c'est excellent, j'ai à becqueter pour plusieurs jours. Un tremblement de terre arrive..............ce n'est que la personne, peut être Pénélope qui arrive . Complètement trempée , elle s'ébroue comme un chien mouillé , la serviette s'envole , je suis expulsé manu militari de cette confortable tanière .Cet essui corps grand  comme un terrain de football est rajustée sur la plage  , je ne sais pas si c'est un homme ou une femme, ou les deux. En fait il s'agit d'un couple , nus seuls au monde. Leur peau est complètement grillée, d' énormes plaques rouges apparaissent ici et là , leur capital soleil est réellement entamé. L'homme allongé sur le dos, est complètement détendu , une verge énorme se tends vers ce ciel dégagé. La femme nue également , se masturbe légèrement son pubis. Sa main droite exècre une pression phénoménale sur le sexe de son ami . Il va jouir c'est sur!!! ça m'excite beaucoup!! ma verge également se tends, pas besoin d'efforts continus je vais jouir également  d'un orgasme intense , les deux autres pareillement  sont l'un dans l'autre. Deux  véritables géants sont complètement enlacés , les coups donnés par cet homme transforment  le sol en véritablement tremblement  de terre  , le sable hyper fin ,  se trouve projeté sur ma pomme. Enfin rassasiés , repus de leur monstrueuse démonstration ,  ils vont s'allonger , ils dorment maintenant , un parasol énorme a été déployé sur ce petit bout de plagette. A l'abri de ce soleil implacable , je m'efforce de deviner ces deux personnes, j'en reviens pas, il s'agit bien sur de Pénélope et de ma personne  , enfin !!peut être pas tout à fait , c'est peut être moi dans la future vie ? de mon coté je suis lui sans être moi!! Allez comprendre chers lecteurs !! Je regarde sa montre ou plutôt ma montre connectée ceinturant son poignet , il est midi trente, le soleil est à son zénith. Du sperme coule entre les lèvres de Pénélope , la salope de son doigt d'experte  en raffole tellement qu'elle le porte à ses lèvres charnues . Elle savoure ce liquide déposé par ce type , je commence à haïr ce male, un imposteur c'est mis à ma place...il va falloir réagir en toute sécurité , le remplacer rapidement .Je fini par m'endormir au pied de la cheville droite de Pénélope. 

Pénélope /: saison deux .Chapitre deux...le couple diabolique..................

          Je fut réveillé de cette torpeur , par un brusque chambardement. Le couple pliait ses affaires de plage. Caché derrière ce sac à dos , genre marin d'eau douce , je plongeais délibérément  mon bras dans une poche à fermeture éclair. Ce havresac fut mis prestement sur les épaules de Pénélope . Je me faisais tout petit , bien que je ne mesurais pas plus de quinze centimètres, il fallait me cacher, observer ce couple malfaisant , doté d'un imposteur maléfique qui portait le même nom que moi . Ils se dirigeaient vers une annexe , gonflée de boudins latéraux. Le type ramait doucement, nous dirigeait vers le voilier, le notre  à quelques encablures de la cote. Ce couple avait encore fait l'amour entièrement sauvage , dans la cette eau cette fois ci, à la vue de personne , sauf de ma personne. Cette femme était entièrement sous la coupe de cet homme , et je la comprenais absolument , étant jeune j'étais passionné par cet art de la séduction obsessionnelle. Le bateau se trouvait absolument très près, Camille jeta le filin pour raccrocher la frêle embarcation. Ma tète dépassait de cette poche , le couple était résolument en pleine ascension vers cet amour réciproque. Je les entendais se parler avec cette passion dévorante à tous ces couples amoureux, elle le redécouvrait, en fait ! me redécouvrait quelques décennies avant. J'essayais de me rappeler les circonstances  de mon élimination , la descente dans ce bassin à poissons , la descente de Pénélope et , enfin la chute implacable de moi ,  jeune homme. Après ,  je ne me souvenais plus de rien , Que c'était t'il passé ? Peut être qu'il n'était pas possible de conserver les deux entités, il fallait que l'un de nous disparaisse !! Je creusais dans ma mémoire , cette dernière rapetissée un maximum , ne répondait que par petits bouts. J'étais perdu, condamné à suivre en sourdine cette femme refaite à neuf. Le sac à dos atterrissait sur le canapé , je m'empressais d'en sortir , de me faufiler entre les coutures des coussins absolument moelleux. Il me fallait me trouver impérativement une cachette , Ce bateau n'en manquait pas, mais les meubles étant trop imposants pour ma taille, je ne peux pas ouvrir une porte, rentrer entre les étagères remplies de verres , de bouteilles . Le bac à linge sale, non plus ne convenait pas, ou me cacher ? Et ce couple qui se déshabille , plutôt se déchire les sous vêtements, pour se faire du bien!! Je ne supporte plus ce drame devant moi. Pénélope est littéralement absorbée par ce fantastique male , elle ne sait absolument rien de la situation .                  Des mots d'amour fusent des deux cotés, me déchirent le cœur , il faut que je trouve une cachette ailleurs que dans leur alcôve miniature. Ce type est certainement drogué, enfin moi bien sur!! une verge gonflée certainement aux pilules magiques défoncent littéralement la fille. Elle en redemande sans arrêt, j'assiste à une scène sexuelle incroyable, comme ci ces deux la découvraient le sexe!! je n'en  peux plus, je me lance au bas de ce canapé, je titube de douleur, de jalousie, je ne vais pas supporter cela très longtemps. J'atterris dans la cuisine, Camille est en train de préparer le repas !! J'ai envie de lui parler, lui expliquer comment je suis réellement .Lui dévoiler cet imposteur dans la chambre d'à coté , en train de culbuter cette femme .Non!! je vais attendre une occasion , me cacher derrière les boites de conserve à l'étage au dessous, en plus la porte est ouverte. je me faufile dans le noir, il me faut des bougies pour éclairer ma tanière, des allumettes, cette nuit à la pleine lune je ferais mes courses indispensables. Mais il faut que je sois extrêmement vigilant, ma sécurité en dépends , de plus le fiston de Camille ,un roublard de première à certainement  un  diabolique sixième sens. Il ne faudrait pas que je devienne son jouet , son souffre douleurs. Il serait capable de m'accrocher aux hameçons au bout de sa canne à pèche. Je ferais un excellent appât pour les requins pèlerins , je ne donnerais pas cher de ma peau. Le couple apparait , enfin demande le repas d'une façon déplaisante, Camille ne comprends pas cette demande brutale !! Le type lui décoche une magistrale gifle , Pénélope une autre à sa façon , plus méthodique , comme une invitation à l'esclavage. Je préfère ça, il me sera plus facile d'approcher, pour amadouer Camille. Je suis à la hauteur dans ce meuble, des cuisses de Pénélope , le type lui tripote ses parties génitales, ces deux la ne se gênent plus du tout , Camille est abasourdie de honte, obligée de regarder ces deux monstrueux personnages. Ils l'obligeront à sucer cette verge machiavélique sous la petite table portative. Je suis très prêt, trop prêt de ce spectacle révoltant, je fait signe à ma gentille copine d'avant, elle sursaute , manque de croquer définitivement la chandelle en extension. L'horreur se lit dans ses yeux, je lui fait signe !!Chut!!! ne dit rien , même de petite taille elle m'a reconnu, peut être compris la distanciation entre les deux hommes. Elle finira son ouvrage, obligée de satisfaire ensuite la fille. La soirée se termine, la petite ménagère occupée à nettoyer, le couple repu , enfin nous libère . Camille évidemment très soucieuse de connaitre la vérité, s'approche de ma tanière. Elle me prends dans sa main droite, me regarde . Ma voie ne porte pas beaucoup, mais suffisamment pour quelle entende ma désespérance absolue .Je lui explique comment , j'en suis arrivé la, peut être drogué je raconte le parcours dans ce corps de Pénélope. Ce type qui se trouve être ma personne il y a quelques dizaine d'années, les retrouvailles dans cette maison connue dans ce petit village montagneux. Enfin la descente dans le bassin, la chute de Pénélope et!! certainement la fuite en avant de ce personnage sulfureux dans la suite de la fille. Un de nous deux étant de trop, il fallait que l'un ou l'autre disparaisse. Je comprends me réponds t'elle, pas trop fort !! Camille !! mes oreilles ne peuvent pas supporter ce bruit de fond occasionné par votre bouche. Je vais te cacher dans ma cabine , à l'avant, tu te cacheras dans mon lit, mon fiston de toute façon passe ses nuits sur le pont à observer les requins pèlerins, il ne nous dérangeras pas. Il est bizarre ton fils ? tu sais !! pas forcément je l'ai amadouer un petit peu, il est craintif, pas méchant du tout!! Et!! il pourrait nous aider dans notre solution. Les jours passèrent , ils avaient mis les voiles vers la bonne direction, les montagnes du sud de la France. Ils s'emmêlaient les crayons dans le maniement des voiles, de fait il leur faudrait plusieurs semaines avant d'accoster à notre repaire final? J'étais absolument décider à retrouver cette vallée , et surtout !! rejoindre cette maison. De jours en jours cachés dans les draps à ma Camille, je découvrais ce corps jeune résolument bien fait. J'avais une idée qui me turlupinait de plus en plus. Je ne savais comment la présenter à Camille, dispersement je tournais ma demande tout le temps présent, comment lui présenter la chose ? Dans mon rêve le plus fou , j'étais passé dans ce corps féminin , pour en sortir de l'autre coté c'est à dire par la bouche, étais ce la solution ?Tout petit , pas plus gros que deux mains réunies, il était possible de rentrer dans son vagin, en écartant un max sa vulve!! Un soir dans le creux de son épaule , je m'apprêtais à lui avouer comment j'en étais arrivé la , je cherchais les mots adéquates pour la persuader de se faire violer par un nains le plus petit possible. Elle savais la vérité, son garçon le lui avait raconté, de la bouche de pénélope il savait tout, lui même agent de cette extravagante tribu de femmes ,rencontrées dans le grand ouest connaissait ces bizarrerie de cette nature complètement démolie. Je lui demandais avec la plus exquise  pudeur , si ma demande pourrait être acceptée de sa part. Elle recula se demandant si je n'étais pas un extra terrestre , et non pas ce garçon perdu depuis le volcan. Tu te rencontres ce que tu me demandes ? tu rentrerais dans mon vagin, traverserais mon ventre, mon estomac, ma gorge pour ressortir en grandeur nature ?, T'es dingue ou qu'oi ? Je te réponds non !! absolument non !! j'ai assez de sa queue monstrueuse tous les soirs , sous la table!! c'est non !!! Une ou deux semaines passèrent, les mots génèrent le couple de plus en plus violant, ils allaient se débarrasser de leur souffre douleurs d'un jour à l'autre.

Pénélope /: saison deux... // chapitre trois.Le fils de Camille

                     Le fils de Camille était peut être ? notre solution à ce problème bien particulier. Ce dernier, conçu suivant les dernières innovations druidismes , ne demandait qu'à servir notre cause, absolument juste !! Je confiais à ma chère Camille le soin de lui demander de l'aide , il était évident que dans ma position actuelle inférieure et pas qu'un peu ! je ne pourrais pas m'expliquer. Malheureusement , il était impénétrable, à toutes les sollicitations de notre part , Camille ne désirant pas devenir ce cobaye pour digérer mon corps , ils nous restaient à espérer une circonstance atténuante de sa part. Ce couple littéralement infect , se partageait Camille , son fils toujours la canne à la pèche à la main scrutait cet horizon , attentif à ses hameçons bien amorcés. Je ne me reconnaissais pas dans cette autre entité , nous voguions complètement de travers , heureusement que les provisions suffisantes , ne déclencherais aucune barbarie pour le moment. Le gosse avait attrapé un petit requin genre marteau comme lui , dans ses yeux je devinais cette aggravation de sa pensée mentale .La perversion de ce couple et l'aliénation combinée de ce garnement accentuait ce sentiment d'insécurité sur le rafiot. Je suçais en guise de nourriture des bonbons genre kréma , énormes pour ma bouche minuscule, il me fallait au moins douze heures pour les sucer entièrement. Sinon je me faisais des croutes de pain laissées par la négligence de Camille . Le bateau devenait un repoussoir, un lit à microbes , les toilettes complètement bouchées débordaient , laissaient une odeur fétide, à croire que ces deux atteint de maladie mystérieuse n'avaient plus aucun odorat. Je m'aventurais , le soir avant leur diner dans leur cabine, un fatras , une horreur organisée, je ne reconnaissait plus Pénélope, ma sœur , cette femme harmonieusement hiérarchisée dans ses habitudes journalières. L'intrus avait colonisé ce corps , naguère exigeant. Une tempête force dix arrivait, peur être ? que la peur peut être ? arrangerait cette situation ubuesque . D'après les radars embarqués , il nous resterait trois jours de calme apparent.. J'en informait immédiatement Camille , espérant que de son coté avertirais son gosse. La nuit suivante un conseil restreint , de famille fut décidé , nous étions tous les trois , eux attablés biens sur !! moi assis sur un gobelet. Ma proposition de refaire le retour arrière dans le corps de Camille ne plaisait pas du tout , le fiston nous sorti une idée de derrière les fagots ! Il fallait endormir ce couple malfaisant pour plusieurs heures , et peut être de mon coté forcer le passage dans ma sœur !! Dans les ailerons de ces requins se trouvait un produit pour endormir et faciliter ce voyage incertain. Il suffisait de leur faire ingurgiter ce poison dans la boisson du matin et , attendre..........Camille me rassura !! Nous t'aiderons à rentrer , et à sortir de ce corps .Il te faut faire ce voyage à l'envers , et revenir à ta taille normale mon gars!! la décoction fut préparée rapidement, ce garçon possédait des pouvoirs insoupçonnés, revenu à ma taille normale je m'inquièterais de le connaitre un peu plus, et même beaucoup! il est peut être la clef de notre survie. Oh!! ce ne fut pas très difficile de les occire pour une bonne partie de la journée, ces deux là ne faisaient pratiquement plus rien, se laissaient aller dans une débauche absolue. J'avais par chance!! encore diminué de volume, je ne mesurais pas plus de dix centimètres, il fallait agir le plus rapidement possible. Les deux gogos au breuvage malsain, se détendirent complètement , puis sombrèrent dans un sommeil complet. Le gosse maintenant adulte, avait fourni l'hypothèse qu'il fallait jeter par dessus bord le corps de cet homme , en fait le mien en grandeur nature , afin de créer le lien de ce bon d'échange. S'agissant quand même de moi autrefois , je doutais de me voir sombrer dans les fonds de cette mer . Je rapetissait à vue d'œil , le temps pressait , je ne pouvais rejeter cette injonction de salut de mon corps obsolète , mes oreilles ne percevaient plus les bruits dans ce bateau , J'étais devenu minuscule , quand Camille me mis dans la bouche de Pénélope , Il me fallait de l'eau pour avancer dans ce réduit malodorant. Une seringue géante propulsait un liquide transparent , ce n'était pas de l'alcool, heureusement !! Une odeur de nescafé de piètre qualité, hantait cette caverne armée d'une dentition d'un jaune pisseux , enfin je vous passe les détails , des carries multiples commençaient à germer dans les infractuosités de ses ratiches . Un abcès plein de pus , ornait la face intérieur de la gencive , je pris la pique de la seringue, je l'enfonçais de force, il gicla une formidable mousse blanchâtre, les globules blancs se trouvaient en défensive , se retournaient vers moi, une marée de sang m'envahissait , par chance Camille certainement avait appréciée le problème à sa juste valeur. Un coton tige surgit entre son index et son majeur, nettoya la cavité rapidement. La bouche se referma d'un coup sec, rasant de près mes chevilles. Enfermé je respirais à peine, mais je ne diminuais plus, il fallait me retourner vers ce gouffre vertical , comme un alpiniste chevronné je me décidais à descendre les pieds devant. J'avais amené un lacet, en fait pour moi une corde, je faisais un semblant de nœud sur la canine supérieure, Je profitais de son déchaussement pour faire cet ultime collet .Je descendais en rappel , je ressentais un léger frémissement de ce corps envahi, un bâillement soudain me souleva sur cette langue presque noire. J'avais pris le soin de mettre la seringue le bout pointu vers la sortie , elle sortait tirée par Camille . N'étant pas un rochassier chevronné , je m'agrippais le mieux possible, aux multiples aspérités de ce conduit infernal .Surtout ne pas se tromper de conduite , pas celle des poumons surtout, comment choisir au confluent de ces deux conduits ? De l'eau arrive heureusement, m'indique la direction à suivre, ce corps humain est exceptionnel !! Dans l'estomac je retrouve la mie de pain ingurgitée ce matin , de mauvaise qualité, cela fait de la peine à voir, la difficulté pour notre organisme à digérer ces produits de la grande distribution .Une sorte de colle se détache de l'élément mou , est rejetée systématiquement, repoussée vers la sortie haute, cela s'appelle vomir !!!Le dégueli remonte à une vitesse effrayante , la caverne s'entrouvre , ouf!!! je ne serais pas submergé par ce fatras organique !! Demain , ci tout va bien , bien sur!! je jetterais à la mer tout le stock de ce pain moisi. Je m'en fait la promesse. Le Foie est complètement cramoisi, des litres d'alcool ont transités depuis plusieurs semaines, elle est folle ma frangine !! Une carafe à vin !! ce foie. Un bruit sourd m'étourdit ,c'est quoi ce bousin ? comme un coup de tonnerre, c'est j'ai compris !! la frangine a des gaz à évacuer , la simplicité de ce système d'évacuation fonctionnait à merveille; mais un masque à gaz n'aurait pas été de trop pour mes narines. Fatigué de cette longue virée dans ce corps à l'arrêt provisoirement , je m'assoupis quelques instants , ma tète reposais sur une excroissance difforme , deux sortes de bâtons en sortaient , je creusais doucement, et dégageais ce que l'on peut appeler dans la vraie vie!!!! Deux arêtes de poissons ,incroyable , elles vont me servir après ma petite sieste, rigides et souples à la fois, elles feront d'excellents bâtons de marche pour un cout modique , de parfaits instruments de rando pour pas cher du tout!. Je ne sais absolument pas combien de temps je me suis assoupis, une heure, deux heures , la journée? quand je suis réveillé par un tapage , sorte de charivari accompagné de sons , que j'identifierait aux trompettes de Jéricho. Je me dirige vers ce turbulent chahut , un énorme clapet me sépare de cette cacophonie. Ouah!!! je suis devant l'entrée de cette artère principale, une colonne composée d'une multitude de chevaliers blanc se trouvent en marche vers le nord. Equipé de mes deux bâtons , genre d'épingles pour le commun des mortels , je me plonge dans le cortège de ces figurants. Ces derniers bardés d'armes diverses , sont lancés à vive allure , il me faut m'accrocher, j'avise une carriole pourvues de roues , je saute derrière les deux conducteurs. Des sacs sont entreposés dans cette charrette multicolore. C'est certainement l'heure de pointe, des ralentissements interminables se profilent dans ces virages accentués .Un peu plus loin!! comme un feu tricolore , s'agite dans des soubresauts intermittents , je présume que c'est le cœur du sujet , j'interpelle les deux conductrice fardées de blanc, !!! nous allons passer la place principale, la priorité est à droite, il faut vous accrocher à la ridelle , nous risquons l'embardée à chaque instant. Le flot de globules rouges ne tarit pas, les rouge postés à chaque carrefour font la guerre aux imprudents . Ils sont en dissensions absolue!! cela ce voit!! Une sorte de gare de péage se profile à l'horizon , il nous faut décliner notre identité, cachez vous !!!!! Une peur panique s'empare de mon corps, je tremble, j'ai certainement une fièvre de cheval. Des soldats armés jusqu'aux dents, vérifient les autorisations de circuler, la cohorte derrière nous , s'impatiente, prête à pousser notre cariole dans une embardée entre les surveillants. Le corps de ma Pénélope est en légère pente dorénavant , je la soupçonne de s'être réveillée , Des mécanos, s'empressent de poser des sortes de chaines autour des roues .La barrière c'est levée sur une autoroute magistrale, des caniveaux véhiculent le sang purificateur. Nous avons traversé ce cœur stratégique sorte de place de l'Etoile naguère . Je vais savoir enfin , pourquoi tout ce tohu tohu à été déclenché!!

Pénélope /: saison deux .Chapitre quatre....Dans le corps intérieur..............

        Une aire de repos était la bienvenue dans ce périple .Elle se nommait aire du Lobe ! une vaste caverne dont le fond servait d'entrepos pour le matériel usagé. Une grande tente abritait les secouristes , médecins , ingénieurs de la rectification humaine. Un hôtel de toile abritait les voyageurs fatigués , les blanc d'un coté , les rouge de l'autre. Cet hôpital de campagne absolument moderne , garantissais l'hospitalité de tout ce petit monde miniature. J'avais la chambre trois cent quarante , bien équipée , je pourrais me reposer , me recomposer complètement. En fait ! cet aire se trouvait , comme vous l'avez devinée dans ce que vous appelez l'oreille interne. Le tas d'ordures attendait de se retrouver en bouchon extérieur , ils n'attendaient que le bon vouloir de Pénélope . Les globules n'avaient absolument pas le droit de forcer ce film transparent au bout de l'organe magique. Les blanc se préparaient à une guerre sans merci !! l'entrainement au bout de ce stade était d'une terrible réalité , il fallait des soldats rompus à toute épreuve, capables de repousser l'adversaire , sinon l'éliminer , mais de quel adversaire s'agissait 'il ?Je désirais en savoir beaucoup plus sur l'état de santé de cette femme. Je rentrais dans les arcanes de ce magasin à guérir. J'avisais un responsable de bloc, qui m'orientais sur le patron de cet hôpital. Un professeur me réceptionna. Son nom me disait quelque chose, Raouste.... Bref ! ce dernier très intelligent , me confirma les déboires de ma chère Pénélope. Tout a commencé par ses carie non soignées , maugréa t'il!! Tous pareils ces êtres humains , pas foutus de se brosser leurs ratiches matin midi et soir!! et voila le résultat !! Il m'avoua avec certitude le cancer dans le cerveau , plus exactement dans la partie orgasmique .Je comprenais maintenant pourquoi cette femme avait anormalement modifié son comportement sexuel. Et ces chances de résurrection ? lui demandais je! Oh!! pas beaucoup , cela dépends de son acte de contrition!! Comment ça ? son acte de !!!! Il ne voulut pas, pour m'inquiéter me dire la vérité. J'en restais à des suppositions. Je pourrais assister à cette guerre ? Oui ! c'est possible, je vous mettrais un guide de haut vol, le meilleur, il vous documenteras parfaitement sur le sujet traité. Nous déambulions dans ces couloirs interminables, un local nommé "interdit à tout globules étrangers au service "" C'est notre secret, en polichinelles avisés , nous gardons jalousement notre découverte. Je voulais en savoir plus , simple voyageur de passage , je ne risquais pas de vendre la peau de l'ours...Il sorti finalement une clef , nous rentrâmes dans ce lieu d'expertises médicales. Des bâtons multicolores , se trouvaient rangés méthodiquement. Je vais vous expliquer mon garçon !! Il s'agit des traces ADN de cette femme, ici dans ce lieu se trouve le secret de sa vie, tout est la...........Nous connaissons tout de sa carrière, une autobiographie complète de ses performance intellectuelles, de sa force musculaire , de tout !! réellement tout, en fait. J'étais abasourdi devant tant de détails sur elle. Tenez !! ici les ADN concernant sa fertilité, et bien ! elle peut encore procréer cette salope. Ma sœur n'est pas une salope !! monsieur !! Vous voulez voir le disque dur de sa piètre vie sur cette terre ? Arrêtez , je n'en pouvais plus !! Mais c'est une femme !! voyons mon petit!! votre frangine bien sur!! mais une femme tout d'abord. Il commençait à m'intéresser , ce prodigieux professeur Raouste. Venez j'ai quelque chose à vous révéler, absolument top secret. Nous laissions les bâtonnets multicolores, rentrions dans un espace absolument miraculeux, et je pesais mes mots!! Dans nos laboratoires, nos ingénieurs ont découvert quelque chose de fabuleux. Il allait me décrire , certainement une nouvelle manière de moduler notre santé avec ces fameux globules. Non!!il ne s'agissait pas de fabriquer autre chose que ce plasma nouvelle génération. Quelque chose me disait , qu'il fallait m'attendre à une autre découverte prodigieuse. Ils avait décelé !! et c'est peut être exagéré de dire, que nous avions devant nous , la redécouverte de l'humanité. Adieu PMA , GPA et diverses sornettes de ce siècle dernier. Non!! c'était autre chose, une invention , non , plutôt une révélation!! s'offrait maintenant à tout mortels. Une nouvelle humanité allait prospérer sur une nouvelle donne fabriquée par des laborantins internés dans notre corps. Assis dans un confortable morceau de chair sanguinolente , j'écoutais avec attention cette proposition extraordinairement farfelue. Il ne me proposait ni plus ni moins la possibilité de changer littéralement de sexe .Mon cerveau déjà pas mal structuré se mis à gamberger anormalement .S'offrait à moi homme d'origine , l'hypothèse , sans aucune licence payante , de devenir une femme. A moi les verges locataires et non propriétaires, la puissance de la séduction de la femelle supérieure , pour moi ! ces formes rebondies absolument magnifiques . Pour cela , il me fallait passer par un examen contradictoire approfondie de mon anatomie , me prêter à la puissance démoniaque de ce docteur Jekyll. Je me voyais déjà dans ce corps nouveau, affublé de la plus parfaite des formes , l'Adn volé dans les entrailles de ma sœur me serviraient à construire cet être nouveau . Je lui parlais néanmoins du niveau majeur de sa cellulite autour de sa taille, ces seins devenus flasques à la moindre sollicitation, allait-je devenir comme elle , ou à partir de ses gamètes, serais-je une femme nouvelle ; magnifique enfin de toute beauté, ou tout simplement une pale copie de cette femme un peu vielle! Raouste !! me rassure immédiatement, me spécifie que je serais une nouvelle création, complètement neuve sans aucun défaut. J'en bavais de délice, buvais ses paroles délicates, me voyais déjà en super star des années quatre vingt. Ecoutez mon garçon !! continuez votre voyage dans ce corps bien abimé, revenez me voir après, je vais en attendant, construire votre dossier pour que tout soit près le jour venu. Je le quittais séance tenante , plein de projets futurs en vue, j'avais RDV avec mon guide ,une globule blanc m'accompagneras lors de cette conquête de la maladie. Le milliard d'hussards blanc quittaient le parking des poltron minet, il me fallait également me lever tôt, mais j'étais tellement soucieux de découvrir la maladie de ma frangine,!! Les rouge guidaient cette armée , la guidais dans les méandres de ce capharnaüm sanguin. Le lobe gauche était déjà loin, se profilait à l'horizon un excroissance énorme composée de deux perforations, c'était le nez, celui la était majestueux , c'était de famille ,nous avions tous un museau proéminent. Je m'avançais , derrière mon guide , de fins roseaux , en fait des poils , battaient au vent. Un vertige m'assaillait, je fus obligé de m'allonger dans ce fouillis , parsemé de crottes durcies. Je découvrais ce monde de géants, ils étaient encore en train de procréer assidument. Mon guide me tira de toute ses forces , me forçant à abandonner mon promontoire vertigineux. Si j'avais posséder une faucille, j'aurais certainement tondu cette herbe mal ordonnée, mais tant pis , il nous faut continuer notre voyage. Un liquide coulait du haut de cette espace sinueux, des larmes me suggéra la blanche. Ma Pénélope pleurait intérieurement de joie, peut être de honte ? Ce liquide légèrement salé, me redonna des forces pour continuer. Nous nous accrochions , le couple s'en donnait à cœur joie dans la démesure certainement, ils se donnaient coup pour coup. Le plus difficile était à venir, une lumière artificielle nous éblouissait constamment maintenant, les yeux bleus ciel de surcroit , m'éclaboussait de la lumière du jour. L'approche de cet astre lumineux fut extraordinaire, de multiples couleurs arc en ciel rentrait dans la profonde cavité. Je me postais juste derrière le cristallin, je suffoquais de plaisir visuel , je distinguais le male en face à travers le globe oculaire de ma sœur. Il avait du se détacher du filin le salaud, peut être régler leur compte à Camille et son fils ? Je ne put distinguer autre chose, que ces deux yeux d'une sauvagerie instantanée. Donc!! ce n'était peut être pas des larmes de joies, mais de peut être !! de souffrance dans les yeux de Pénélope. Le combat faisait rage plus haut vers ce crane bronzé. Attention!! nous approchons du lieu de bataille, c'était certainement ce cerveau si machiavélique de ma frangine. La guide me précisa , que nous étions au sixième sous sol du télencéphale , le véritable problème se trouvait dans l'épithalamus inférieur. Je découvrais une énorme excroissance en putréfaction. Les globules blanc archi organisés, constatait par l'intermédiaire de son général en chef, l'étendue des dégâts. Il ne fallait pas perdre de temps , le monstrueux polype fut découpé verticalement à la scie , de monstrueuses avalanches de cellules mortes s'écoulaient. Mon guide me précisait que le traitement durerait à l'échelle humaine , au moins trois mois. Pénélope peut être? au courant se rattrapait , je pense , dans ses libations désordonnées. Venez cher ami , nous allons gravir le mont chauve, pourquoi ce nom ? et bien parce que la plus part des humains ont une calvitie à ce sommet, tout simplement. Nous contournions ce cerveau enfiévré de soubresauts , nous y somme, me précisa ma guide, et voila /!!!. pas grand chose à voir, une épaisseur de bois au dessus nous empêchait de sortir , quand !! surprise!! une fenêtre genre ouverture de désenfumage se trouvait un peu à l'écart. Les vérins actionnés nous pûmes accéder dehors. Il fallait s'accrocher aux racines herbeuses parsemées de vilaines petites bêtes , je sortais enfin , le bateau était secoué dans une véritable tempête, comme prévu , elle avait touché cette partie de l'océan. Au loin mon autre moi s'acharnait à rétablir ce bateau immense à flot. Nous ne pouvions rester plus longtemps , le long de ce crane constamment arrosé d'embruns. Je refermais cet ouverture transparente , je regardais une dernière fois les éléments déchainées, et retournais vers ce professeur émérite. Les blanc avaient fait un travail formidable , la grosseur diminuais constamment se délitait dans les tréfonds de ce corps désorganisé. En passant , je demandais des nouvelles de cet élément endommagé , le chef des opérations me précisa qu'il était possible de réduire le problème , même de l'exclure définitivement, mais que cela ne tenait qu'à cette femme chaotique . Ne plus boire que de l'eau , manger du bio , il me précisa que les pommes donnerait un excellent résultat dans la durée. le retour se fit décousu , la danse extérieur nous donnait le tournis, à chaque instant nous étions projetés dans les cavités profonde. J'avais RDV le lendemain matin sept heure chez ce professeur Raouste. 

Pénélope /: saison deux .Chapitre cinq....homme ou femme ? .............

                Alerte!!!!!!!!!!!les signaux sont au rouge plutôt vifs !! C'est un infarctus du col de la Picade, me crie ma guide diplômée. Cette femme a dut encore embabouiner son corps!! Ah!!! Elle ne comprendra donc jamais !! cette sauterelle de malheur. Les globules rouges de nos bons samaritains , arrivent en renfort , direction la valve supérieure , celle qui injecte toutes les secondes et demie ce liquide salvateur .Un énorme bouchon obstrue la cavité , pas facile de se frayer un chemin entre les sauveteurs , ces soldats du feu intérieur , composants de l'extrême sont les plus dévoués que je connaisse .Plusieurs blanc ont perdus la vie , de toute façon ! avec toutes les frasques de la gazelle nous ne suffirons pas à la ramener à la raison. Les battements cardiotoniques se sont arrêtés depuis presque une éternité , plus rien ne sort de ce caniveau magique. Ci je comprends bien , Pénélope est en train de passer de vie à trépas ? Oui ! d'une certaine façon , mais il reste une chance ! la réserve sanitaire . Le barrage rempli de plasma , construit à grand frais , peut la sauver, nous allons donc ouvrir les vannes , j'espère que cela suffira . L'équipe de nuit , les blanc en train de découper la tumeur , arrive à bride abattue , il faut dégager absolument et, intégralement le chantier , il est hors de question de perdre des globules . Une première vague géante déferlera d'une seconde à l'autre , j'entends déjà le bruit de ce flot miraculeux , nous sommes tous à l'abri , dans une grotte attenante à cette machine extraordinaire qu'est le cœur. Un tsunami ravageur emporte tout, les saletés , des restes de tabac je crois!! Des produits pas digérés , par trop catholiques , je soupçonne de la drogue ou quelque chose comme ça. Enfin le bouchon à explosé , c'est dispersé dans ce corps pas net. L'alarme s'arrête, le calme revient , les globules de ménage sont à la tache , et elle est énorme , des résidus à évacuer, bruler ce qui ne sert à rien, les ouvriers complètement fourbus , sont repartis à la tache , celle ci de grande ampleur leur prendra des semaines à l'échelle humaine. Nous reprenons enfin notre descente . Nous y somme presques arrivés. Nous arrivons à l'auricule de l'oreillette droite, celle ci transformée pour de grandes expériences , est complètement défigurée par ce déferlement organisé. Le professeur assisté de multiples assistants en formation , me tends sa main , bonjour !! c'est un grand jour pour vous !! J'avais néanmoins une question importante à lui poser, comment faire quand je serais revenu à la vie humaine, mon entité certainement bien implantée, me repousseras , me détruiras ?Le professeur réfléchi , et , en un quart de temps , me donneras la solution. Nous allons le faire disparaitre définitivement, lors d'un rapport sexuel avec votre sœur , nous lui enverrons un poison mortel , de l'arsenic à haute densité , fabriqué par ce corps est capable de l'empoisonner. Il suffira lors d'un baiser profondément encré dans la bouche , de le lui expédier avec la lance de nos pompiers , suffisamment de produit pour l'occire. Mais!! ne vous inquiétez pas il ne souffriras pas , nous nous arrangerons pour que cela se passe juste avant votre arrivée. Son corps normalement devrait se désagréger , et vous en arrivant !! le remplacer au pied levé , c'est tout ? Oui!! c'est simplement ce qu'il va se passer. Mais attention vous aurez l'apparence de l'homme que vous êtes , mais !! je dis bien , mais!! vous aurez les attributs d'une femme parfaitement constituée. L'Adn choisi sera de première qualité, votre morphologie sera magnifique , prête à en découdre avec les males avoisinants. Vous aurez un pouvoir de séduction mille fois supérieur à votre sœur, attention à la rivalité entre vous deux. Par contre ! Adieu la quequette éternellement bandante, le sperme qui coule à flot ! l'orgasme facile , Il faudra apprendre à jouir d'une toute autre façon, se faire enculer également deviendras la règle, ainsi que le vagin défoncé. Vous aurez des règles mensuelles , pendant quelques temps, enfin vous serez libre de ne plus porter de couche. Il serait souhaitable de faire vos premières expériences avec le fils à Camille. Comment connaissez vous Camille et son fiston ? Oh! vous savez nous connaissons tout sur votre petite famille, vos voyages, vos aventures , vos batailles, vos amours surtout ! Nous surveillons comme l'huile sur le feu, votre santé, vos blessures. Si vous voulez bien ,il est temps de passer sur la table d'opération, comme les heures sup.ne sont pas payées ici, il ne faut pas perdre de temps. Combien de temps en OP.? Quelques heures suffiront à vous transmettre tout le lot disponible , ensuite agiter avant de servir, mais un coma artificiel vous cachera toutes ces manœuvres indigestes .Par ailleurs nous avons une décharge à vous faire signer pour la forme évidemment! J'émargeais le document , maintenant , il m'était impossible de revenir en arrière, mon empreinte allait disparaitre, remplacée par une autre totalement inconnue. Mon cerveau véritablement en ébullition gambergeais assidument , j'imaginais la tète des filles quand il découvrirons cette nouvelle vérité. Trois filles sur ce rafiot, un jeune premier pour les satisfairent!! y allait avoir du sport !! L'infirmière de garde me proposa une fellation pour tourner la page d'homme viril , inéluctablement , j'acceptais de bonne grâce , l'orgasme venait d'extrêmement loin , me submergea une dernière fois , je m'abandonnais dans les bras de Morphée . Je donnais ce corps à la science , en contre partie une aventure monstrueuse m'attendait de l'autre coté. Je me réveillais seul dans la pénombre , d'abord ce composant nouveau comment était 'il ? Ma poitrine naturelle , effectivement se trouvait affublée de gros tétons, mais pas de quoi fouetter , caresser une chatte , une migraine incessante m'insultait quand même !! Mon sexe habituellement énorme au réveil , se trouvait réellement minuscule. L'ingénieur adjoint m'avait rassuré sur la vitesse de la transformation de mes organes , quelques heures suffiront pour remettre tout à l'endroit Mais il me fallait retrouver le chemin pour sortir de ce corps emprunté. Des balises rouge et noire , parsemaient les sentes vertigineuses , ma route m'était toute tracée . D'étranges !! comment vous expliquer ? voilà : j'avais l'impression désagréable de perdre quelque chose !! Je baissais ma tète , je n'avais plus de sexe!!! à la place une fente cernée de lèvres charnues. Ma poitrine gonflait maintenant, de petits excroissances sortaient des seins magnifiques . J'étais devenu une FEMME !!! une vraie . Emoustillé , je l'étais , j'avais une envie folle de toucher cette monstruosité naissante .Cette créature nouvelle sortie d'une génèse improbable , m'habitait dorénavant, m'incitait à toute sortes de folies perverses .Le quidam que j'avais connu , avait disparu , remplacé par cette future courtisane très bien notée en argument visuels . Je n'étais plus très loin , il avait décidé que je sortirais par le gros intestin , éjecté dans la vasque des toilettes, je serais définitivement à la grandeur normale , dans la demi seconde suivante. Enfin je l'espérais , qu'allait dire Pénélope en me découvrant dans le plus simple appareil, en train de déféquer en liberté ? Il y avait une attente interminable, les crottes faisaient la queue , les unes derrière les autres. En me glissant dans ces fétides déchets en attente d'expulsion , je comptais les minutes restantes, en espérant que mon intrus de ce type me ressemblant aura dégagé. Enfin le scrotum s'élargissais , elle faisait un effort surhumain pour faire sortir ces déjections . Pas de chance!! une hémorroïdes obturait cette sortie, j'avais toujours mes bâtons de marche, j'en profitais pour percer la grosseur visqueuse, beurk !!! Je sentais un soulagement dans les contractions de ma frangine , surtout!! il ne me fallait pas rater le saut dans la grande bassine et sortir immédiatement avant le tirage de la chasse d'eau. Je sortais la tète la première , il me fallait sauter immédiatement , et nager vers le bord de cette vasque immense. Merde!!! elle tire la chasse!! un énorme tourbillon me submerge , il va m'aspirer , c'est sur !! En un millionième de seconde je suis debout, nu devant Pénélope, le processus de réhabilitation à fonctionné à merveille, je suis vivant, je prend de suite un rouleau de papier toilette, je me cache le bas du ventre. Ma sœur est épouvantée, me file une claque , outrée d'avoir soulagée ces tripes en ma compagnie. Comment est tu entrée ? Une explication hasardeuse , le loquet n'était pas fermé !! Dis donc !! j'avais pas remarqué ta poitrine ? je m'éjecte de ces toilettes miraculeuses , je file dans ma couchette , je m'habille en catastrophe , une glace!! vite une glace!! je me regarde, j'ai le même visage d'avant, quelques rides en moins, les yeux ne sont plus vérons , je vois mieux de près!! c'est dingue !! plus besoin de binocles. Le repas est prêt clame Camille !! Son fiston à compris immédiatement la transformation de mon corps, un coup d'Oueil , sa langue trépigne déjà d'impatience pour ce corps magnifique. Je me suis affublé d'une combinaison affreuse de mécanicien , les nouveautés sont cachées pour le moment, plus tard je crois!! je me déciderais à m'expliquer. Pénélope comme certainement elle en a l'habitude avec l'autre se colle à coté de moi. Pas maintenant Péné !! Tu ne bandes plus mon chéri ? Nous dinons , la nuit va tomber, je scrute le regard de Camille , elle ne c'est aperçu de rien , qu'ont t'ils fait de l'autre ? La vie continue comme avant, aucune différance dans leur lucarne visuelle. Je regardais machinalement le calendrier , j'étais sidéré , j'étais le lendemain de ma disparition!!! Le temps dans ce corps ne correspondait absolument pas au temps présent à l'extérieur. En un peu plus de vingt quatre heure, j'avais déambuler un temps infini. Des fourmillements insupportables me démangeaient sur le corps, surtout le bas ventre, je me frottais énergiquement ce organe génital coincé dans l'entre cuisse. Il était certainement encore en formation continue, un plaisir étrange montait, je ne savait quoi penser , ma poitrine!! enfin ces seins nouvellement aboutis me faisait mal. Il fallait que je m'échappe sur ma couchette , invoquant une insupportable migraine. Pénélope se proposa pour me réconforter, un fin de non recevoir de ma part clôturera cette demande infâmante. Mon corps bougeait littéralement , une douleur scélérate m'agressait , et, en même temps une jouissance à se faire mal commençait à me submerger. Je pris un grande rasade d'alcool , ce n'était pas mon habitude, mais il me fallait supporter cette épreuve. Doucement , mais surement cette dernière disparaissait ,laissant une plénitude jusque la inconnue de ma part.

Pénélope /: saison deux .Chapitre six...Orgasme virtuel............

       Comment expliquer ma transformation ? Ma reconversion en personnage non grata peut être serait définitive pour mes congénères. Ou alors ! une acceptation sans aucune conditions dans une plénitude géniale de mes partenaires d'infortunes ? Cette digestion de cette extraordinaire différenciation assumée de mon coté je l'espérais de tout cœur , allait t'elle mettre le désordre sur ce bateau. Je n'arrivais pas à dormir, de terrible démangeaisons m'empêchaient délibérément de m'assoupir convenablement. Ce professeur Raouste était t'il un chamane ? Mon sexe primaire avait maintenant complètement disparu, un nouveau , le métamorphisme se terminait actuellement. Avec mes doigts reprofilés je m'aventurais dans cette ouverture charnue, je m'aidais d'un miroir portatif pour déceler les moindres contours de ce fabuleux appendice . Ce fameux bouton de contrôle était bien implanté , ce clitoris répondait à la moindre des sollicitations de ma part , un liquide s'épanchait de ce conduit improbable. J'insistais de nouveau, pas le moindre signe avant coureur de la moindre excitation. Peut être ? n'était t'il pas encore formaté à mon évolution féminine. Je cherchais sur le tiroir à outils fantasmiques de Pénélope , l'instrument de torture envisageable. Un sexe terriblement usagé en polychlorure de vinyle attendait le bien vouloir de ses utilisateurs. La pile en lithium dernière génération fonctionnait encore , je l'introduisais délicatement dans l'orifice résolument fermé. Ma volumineuse poitrine dorénavant terminée , ne demandait que ça!! être titillée doucement. L'engin acheté sur le net avant la déflagration nucléaire , ne me faisait aucun effet , il me manquait peut être le fantasme ? Je n'étais certainement pas prêt , Mister Raouste m'avait dit qu'il me fallait un homme pour déclencher ce désir concupiscent. Me taper ce jeunot imberbe , dépourvu de toute sensualité, peut être pas un vrai homme, un mutant mystérieux me faisait peur. J'avais , soudain!! une envie ,de soulager ma vessie , me forçait à me lever de ma couchette , comment faire pour traverser ce salon encombré ? J'avisais une chasuble suffisamment ample , pour occulter mon anatomie délicieusement nouvelle. Par chance !! personne dans le carré , ils sont tous allongés, repus de ce repas bien distribué par Camille. Raté!! l'endroit salutaire se trouve être confisqué par quelqu'un .Je frappe sur la petite porte, un ça vient !! me réponds , le ou elle , est en train de bouquiner , ou de faire des mots croisés , enfin la chasse d'eau de mer va évacuer l'assortiment de cet intestin .Il s'agit du garçon , bonsoir!! le passage est extrêmement exigu , forcément il se frotte à ma poitrine débordante d'envie, je sais !!!! tu sais qu'oi ? Son pénis est énorme, attends !! je vais me soulager , attends moi sur la banquette. C'est la première fois que j'urine avec ce corps de femme!! pas si simple de viser la cible, finalement c'est assez simple, le liquide sortira doucement , puis fermement en un jet puissant. La délectation terminée , il faut essuyer , je n'ai pas l'habitude de moucher mon pénis ! Pour les crottes se sera plus simple , le scrotum absolument bien dilaté ne me poseras aucun problème demain. Il m'attends sur cette banquette , son sexe à la main il se masturbe avec une tranquillité déconcertante. Je suis réellement inquiet, je ne sens absolument pas l'excitation à venir. Tu peux venir dans ma cabine stp ? Il me faut une répétition générale avant de performer sur le plan anorgasmique. Ecoute!! je vais te raconter , ce n'est pas la peine je sais tout de ton extravagante modification. Je suis allongé, (pour le moment je ne suis pas encore une femme dans ma tète c'est pourquoi que je ne me nomme qu'au masculin), Mon sexe est grand ouvert , lui , de son coté à bien travaillé tout à l'heure en m'attendant. Une verge proéminente va s'enfoncer dans ce corps dont je ne suis pas encore le propriétaire .Il me fait mal, une douleur atroce m'envahit, c'est ça l'introduction dans le corps des femmes ? Mes seins se sont durcis , je commence à sentir un petit quelque chose, pas très important , mais tout de même significatif, c'est douloureux !!mais c'est bon. Il crie avec une force décuplée , ce bougre d'âne !!il va réveiller les autres !! Il finit par asperger mon ventre de son sperme , remonte vers ma tète , glisse sa verge entre mes deux seins, il va jouir de nouveau le salaud!! Je ne suis pas prêt à cette doublure sexuelle , pas pour l'instant. Ah non !!pas dans la bouche!!! plus tard peut être!! Il est beaucoup plus fort que moi, je ne pourrais pas me débattre, il me tiens par les cheveux , ces derniers se s'ont allongés en quelques heures. Tu l'a voulu ? Raouste ne t'a pas loupée? Il était au courant de ce professeur diabolique, j'avais sur mon corps un terrible mutant de la première génération de ce docteur diabolique .Bon!! je te laisse, pour cette fois ci , la prochaine fois tu auras la totale. Ecoute Jonas!! Nous l'avions appelé par ce prénom en souvenir de baleines rencontrées dans la brume au début. Jonas!! je t'en conjure!! j'ai besoin d'apprendre ma nouvelle sexualité, tu comprends ça ?D'accord ma princesse!! mais tu sera mon exclusivité , pas question de te faire Pénélope ni Camille. Il était sorti depuis au moins un bon quart d'heure, que je ressentais une nouveauté, une sorte de prise en main de ce corps étranger exultait de symptômes miraculeux, je ne pouvais que crier, il fallait me boucher ma bouche!!! j'avisais un tissu , je me le mis en travers de ma gorge. J'avais un orgasme épouvantable, venu des tréfonds de mon corps nouvellement crée , il explosait en plein ciel , je criai en sourdine, mes seins pointés vers le haut de la cabine se tordaient de douleur satisfaisante. C'était donc cela le plaisir féminin ? Une joie intense m'envahissait, me structurais définitivement dans cette absolu désiré, Raouste avait réussi l'impossible, ne pouvant plus le joindre je fermais les yeux , je lui envoyais mes profondes satisfactions. Demain je m'expliquerais avec mes semblables, je reprendrais les choses en main . Je m'endormis , encore secoué de tous mes sens réveillées. Ce corps pourrait-il créer la vie ? des centaines de questions allumaient mes neurones dans mon cerveau. Le bateau c'était arrêté , l'encre était descendue de son logement , une douleur lancinante m'avait sortie de cette torpeur , je souffrais de partout. Mes paumes serraient ma poitrine maintenant sulfureuse. Le bas ventre s'y mettait également, c'était insupportable , quelqu'un frappait à ma porte!! c'est ouvert !! c'était Camille !! Elle me découvrait dans un pitoyable état, mon corps enroulé sur lui même était pris de convulsions .Ouah!!!! je vois que tu ne vas pas bien ? C'est le moins que l'on puisse dire!! , Détends toi!! , si tu veux je peux te faire une camomille ? Oui je veux bien!! Le breuvage brulant me réchauffait , je tremblais pas de froid !! mais de peur !!celle ci panique assombrissait littéralement le tableau. Tu as de la fièvre !! oups!!! une de cheval certainement!! Laisse toi faire, desserre tes bras , doucement elle me desserrait ma poitrine , découvrait ce corps de femme !! comme tu es belle ma chérie !! Et !!! tu te trompes je suis un homme ! La souffrance à son paroxisme me faisait exulter des cris de douleurs, dans mon entre cuisse je sentais réellement encore mon ancien sexe , mais !! il n'était plus là. Camille me réconfortait , doucement , réussi à ouvrir le bas de ce corps maltraité, il fallait que j'évacue le trop plein de ce liquide habituel. Allonge toi , la couchette large de cent quarante centimètres suffisait largement pour étaler mon buste. Camille de ses mains expertes me massait doucement, du bas vers le haut, de temps en temps en transversale me prodiguais les soins de cette souplesse disparue. Nous sommes arrêtés ? Oui ! sur une plage de sable fin , c'est un endroit magnifique, ! et les autres ? Ils sont partis à la découverte de cet endroit. Je vais m'absenter tout à l'heure pour faire le plein d'eau potable. D'accord ? La douleur disparaissait , sa langue se promenait sur cette poitrine encore étrangère, regarde !! il suinte quelque chose!! elle sucera cet imperfectible apparition , c'est du lait ??? un peu trop sucré mais c'est du lait. Elle m'en portait entre mes lèvres enfiévrées. C'était bon mais spécial. Le massage s'accentuait , de force elle plongeait vers ce pubis, contournait les lèvres, piratait cet endroit tellement personnel , cela me faisait un bien fou. Je la sentais toute chose ma Camille !! Les deux autres sont partis, c'est une bonne nouvelle. Je ne vois pas de verge ? me dit 'telle .Je la sens pourtant comme avant , mais mes mains ne touchent absolument rien. Les minutes passaient , ces moments délicieux me réconfortaient, une chaleur diffuse m'envahissait . Cette femme s'allongea prêt de moi, sa tète contre la mienne m'indiquait son impatience . Tu as changé!! tes traits sont ceux d'une vraie femme !! Je lui racontais mon aventure dans ces entrailles malades de Pénélope. Elle était abasourdie , un moment incroyable allait survenir sur cette couchette, mon pénis rentrait dans son ventre, invisible à notre vue il était bien présent, un orgasme salvateur me réconfortait . Je m'endormi immédiatement.

Pénélope /: saison deux .Chapitre sept.....les monstres.........

                    Je ne sais combien de temps je restais assoupie  sur cette couchette moelleuse. Le bateau ne bougeait absolument pas. Camille m'avait recouverte de cette couverture en soie véritable, le frottement sur ma peau était un délice à consommer sans modération. Un petit déjeuner m'attendait sur la desserte roulante, elle était formidable d'attentions ma Camille. Je dégustais délicatement ce croissant , ces petits pain au chocolat, le café était exquis. Mon regard posé au niveau du hublot, découvrait l'endroit d'accostage, une plage de sable fin, des falaises abruptes, une sorte de tour carrée  perchée sur la falaise semblait surveiller d' hypothétiques barbares. Je me frottais les orbites décidément embués , ce lieu magique me rappelait la Corsica, plus précisément le golfe de Porto, et ses calanques de Piana. Que de souvenirs merveilleux de ces voyages dans ces temps révolus ! La houle légère semblait figée , une eau limpide m'invitait  à plonger, j'avais un mal fou à me relever, mon corps , enfin ! ce corps encore inconnu ne semblait ne pas  vouloir répondre à mes sollicitations musculaires. Des bruits de pas feutrés sur le pont supérieur résonnaient dans mes oreilles , ils sont revenus !! je me relève un peu , avise ce hublot circulaire ,!! des monstres sont sur le bateau , des horreurs sans noms  à quatre pattes , d'où viennent t'ils ? Il s'agit , je crois de deux loups immenses , en guise de gueules une tète d'homme , l'horreur absolue!! Je ne bouge plus , scotchée dans cette cabine minuscule, j'enfile en vitesse quelques guenilles. Ce n'est pas nécessaire me dicte une voie sortie de nulle part. Il faut que je vous ausculte, c'est important pour moi!! Le docteur Raouste en personne descends dans le petit carré. Accompagné de  ses deux cerbères à quatre pattes, je suis terrifiée, mon cerveau bascule dans l'irrationnel imprévisible. Alors !! mon petit bien voyagé ? Il s'adresse à moi au masculin!! le travail ne serait t'il pas terminé ? Assieds toi , allez n'est pas peur!! Il ne t'arriveras rien , sinon quelque ajustements  mécaniques à effectuer. Mes amis vont arriver!! Ne t'inquiètes pas ils ne seront pas de retour de sitôt. Je ne comprends plus rien à ce misérable médecin de ces entrailles en grandeur nature , ce n'est absolument pas possible, je suis dans un rêve éveillé ! Je vais croire mon évasion possible, les deux loups garous veillent, ils sont extraordinaires et effrayants à la fois, les dents transformées en crocs rageurs ne demandent qu'à se divertir sur mon corps vaincu , fatigué. Je suis dénudée , à la merci de ce type abominable, il m'ausculte de part en part, s'aperçoit peut être de quelque chose ? un scalpel à la main, il va trancher dans le vif du sujet , sectionner cette verge invisible !! c'est absolument certain. Non!! ne faites pas çà !! ne me charcutez pas une nouvelle fois !! Tu est une réussite ma jolie, tu mérites de garder tes testicules, mais ce n'est pas possible  de garder tes attributs masculins !! Il me reste un peu de force, peut être une inopinée cavalcade de ma part à travers ce réduit étroit , je pourrais foncer dans cet escalier miniature, sortir sur le pont, et plonger dans cette mer ? Machinalement je lève mon bras droit, le médecin se trouve tout près de moi, il est presque transparent , ces trois humanoïdes , en fait!  ne sont pas la, je suis debout, je m'apprête à tordre le coup de ce type malfaisant, rien!! que du vide !! il ne peut m'arrêter, je poursuis mon avancée dans ce réduit, les monstres ne bougent pas plus que cela. Je suis nue, complètement dévêtue, pas le temps de passer un tissu quelconque. Incroyable , j'ai affaire ! !en fait à une représentation fabuleusement féérique, du cinéma en plein air. Ils me suivent, comme des fantômes . Le type devient menaçant , je me mets à courir , je plonge , malheureusement pas très bonne en natation, je fait un plat retentissant. Je coule vers le fond de cette crique, rase le sable fin , ce dernier est parsemé d'oursins, il faudra que je revienne à la pèche. Je ne pense pas à remonter par la même occasion, je respire sous l'eau. Combien de temps sous la surface  ? je ne compte pas ces minutes extraordinaires, Raouste à fabriqué une machine fabuleuse , capable de traverser les pires difficultés à venir. Chapeau l'artiste !! Mais combien de pauvres mutilés pour cette réussite ? Je suis sur la plage, il s'agit bien de cette anse de Porto , sur la cote ouest de Corsica. Ou sont mes amis ?  le soleil  réchauffe ce corps modifié , complètement mobilisable maintenant. Je revoie dans les salles obscures Ursula  Andress sortant et se dirigeant vers James en bikini. Moi je suis nue, beaucoup plus appétissante, prête à tout pour dévorer le fruit défendu, par exemple les délicieuses oranges accrochées à cet arbre. Si j'ai  bien réalisé ! le niveau de la mer est revenu à sa hauteur normale !! J'ai absolument un corps de rêve, une excitation permanent me distribue des éclairs dans mes veines, j'ai une forme catapulqueuse. Je distingue sur le pont de notre bateau, des silhouettes , elles  disparaîtront progressivement , mes amis de voyage ne sont certainement pas très loin, le soleil me brule , il faut me mettre à l'abri , la tour !! j'y grimpe prestement, comme une amazone, je suis extrêmement légère, une vraie plume !!. A son sommet je distingue toute la baie , des maisons au loin dans le fond, un feu émerge de la  dernière cabane . Je courre retrouver mes amis , ils ont certainement capturé du gibier, peut être sont-ils en train de le griller pour le conserver. Je traverse cette lande , sorte de roncier, parsemé de pin parasol majestueux, mon corps accepte sans broncher ces estocades , ma poitrine ballote , me déstabilise , je n'ai pas l'habitude de porter ces excroissances mirifiques , dans ma tète je suis encore un homme. Tiens :! un besoin naturel se fait pressentir!! comment ce corps étranger vas t'il fonctionner ? j'écarte les cuisses, et naturellement le liquide  s'épanche de ce sexe refait à neuf, je regarde ce corps travailler . Les cabanes , plutôt des ruines se profilent dans la futaie. Mes amis , et c'est avec un énorme soulagement , que je les retrouvent. Ils ne me reconnaissent pas, même ma voix à changé , c'est dire !! le travail de ce docteur !! Camille !!elle !! me sauteras au coup , Pénélope ne comprends absolument pas cette transformation , un réflexe d'autodéfense se créera rapidement. Le garçon gardera , pour l'instant ses distances, persuadé qu'il pourras revenir à la charge rapidement. J'enfilerai un caleçon , pour cacher mes outils ravageurs. Il se fait tard , il nous faut réembarquer sur l'annexe, et rejoindre notre voilier amarré. Les intrus ont disparus, volatilisés, je me garde bien de raconter cette apparition , je mets cette dernière sur un rêve éveillé, peut être consécutif à la fatigue accumulée. Je songe à causer à ma frangine, peut être lui dévoilerpas possible, je suis dans un rêve éveillé ! Je vais croire mon évasion possible, les deux loups garous veillent, ils sont extraordinaires et effrayants à la fois, les dents transformées en crocs rageurs ne demandent qu'à se divertir sur mon corps vaincu , fatigué. Je suis dénudée , à la merci de ce type abominable, il m'ausculte de part en part, s'aperçoit peut être de quelque chose ? un scalpel à la main, il va trancher dans le vif du sujet , sectionner cette verge invisible !! c'est absolument certain. Non!! ne faites pas çà !! ne me charcutez pas une nouvelle fois !! Tu est une réussite ma jolie, tu mérites de garder tes testicules, mais ce n'est pas possible  de garder tes attributs masculins !! Il me reste un peu de force, peut être une inopinée cavalcade de ma part à travers ce réduit étroit , je pourrais foncer dans cet escalier miniature, sortir sur le pont, et plonger dans cette mer ? Machinalement je lève mon bras droit, le médecin se trouve tout près de moi, il est presque transparent , ces trois humanoïdes , en fait!  ne sont pas la, je suis debout, je m'apprête à tordre le coup de ce type malfaisant, rien!! que du vide !! il ne peut m'arrêter, je poursuis mon avancée dans ce réduit, les monstres ne bougent pas plus que cela. Je suis nue, complètement dévêtue, pas le temps de passer un tissu quelconque. Incroyable , j'ai affaire ! !en fait à une représentation fabuleusement féérique, du cinéma en plein air. Ils me suivent, comme des fantômes . Le type devient menaçant , je me mets à courir , je plonge , malheureusement pas très bonne en natation, je fait un plat retentissant. Je coule vers le fond de cette crique, rase le sable fin , ce dernier est parsemé d'oursins, il faudra que je revienne à la pèche. Je ne pense pas à remonter par la même occasion, je respire sous l'eau. Combien de temps sous la surface  ? je ne compte pas ces minutes extraordinaires, Raouste à fabriqué une machine fabuleuse , capable de traverser les pires difficultés à venir. Chapeau l'artiste !! Mais combien de pauvres mutilés pour cette réussite ? Je suis sur la plage, il s'agit bien de cette anse de Porto , sur la cote ouest de Corsica. Ou sont mes amis ?  le soleil  réchauffe ce corps modifié , complètement mobilisable maintenant. Je revoie dans les salles obscures Ursula  Andress.à suivre....

Pénélope /: saison deux... // chapitre huit..Un corps de rève.

                   Sortant et se dirigeant vers James en bikini. Moi je suis nue, beaucoup plus appétissante, prête à tout pour dévorer le fruit défendu, par exemple les délicieuses oranges accrochées à cet arbre. Si j'ai  bien réalisé ! le niveau de la mer est revenu à sa hauteur normale !! J'ai absolument un corps de rêve, une excitation permanent me distribue des éclairs dans mes veines, j'ai une forme catapulqueuse. Je distingue sur le pont de notre bateau, des silhouettes , elles  disparaîtront progressivement , mes amis de voyage ne sont certainement pas très loin, le soleil me brule , il faut me mettre à l'abri , la tour !! j'y grimpe prestement, comme une amazone, je suis extrêmement légère, une vraie plume !!. A son sommet je distingue toute la baie , des maisons au loin dans le fond, un feu émerge de la  dernière cabane . Je courre retrouver mes amis , ils ont certainement capturé du gibier, peut être sont-ils en train de le griller pour le conserver. Je traverse cette lande , sorte de roncier, parsemé de pin parasol majestueux, mon corps accepte sans broncher ces estocades , ma poitrine ballote , me déstabilise , je n'ai pas l'habitude de porter ces excroissances mirifiques , dans ma tète je suis encore un homme. Tiens :! un besoin naturel se fait pressentir!! comment ce corps étranger vas t'il fonctionner ? j'écarte les cuisses, et naturellement le liquide  s'épanche de ce sexe refait à neuf, je regarde ce corps travailler . Les cabanes , plutôt des ruines se profilent dans la futaie. Mes amis , et c'est avec un énorme soulagement , que je les retrouvent. Ils ne me reconnaissent pas, même ma voix à changé , c'est dire !! le travail de ce docteur !! Camille !!elle !! me sauteras au coup , Pénélope ne comprends absolument pas cette transformation , un réflexe d'autodéfense se créera rapidement. Le garçon gardera , pour l'instant ses distances, persuadé qu'il pourras revenir à la charge rapidement. J'enfilerai un caleçon , pour cacher mes outils ravageurs. Il se fait tard , il nous faut réembarquer sur l'annexe, et rejoindre notre voilier amarré. Les intrus ont disparus, volatilisés, je me garde bien de raconter cette apparition , je mets cette dernière sur un rêve éveillé, peut être consécutif à la fatigue accumulée. Je songe à causer à ma frangine, peut être lui dévoiler ses problèmes de cerveau, plus tard certainement je rentrerais dans le vif du sujet. Pour l'instant je ferais disparaitre le tabac, la drogue , de son univers . Avec cet enchevêtrement de modifications , il faut que j'agisse avec délicatesse , la jalousie exacerbée par mon corps magnifique, peut déclencher une guerre fratricide entre nous. Le garçon et moi même métamorphosés  allons devenir dans cette barcasse ,les entrepreneurs conquérants , les deux autre femmes dépréciées : finalement des  domestiques .Je ne le souhaite pas !! bien sur!! Nous accostons enfin, le plage est loin maintenant, je propose un bain à l'arrière du bateau, pour s'amuser , pour se distraire, je vais leur faire une démonstration d'apnée géante. Zut!! le môme me suit dans les fonds sous marins, il me colle véritablement, tu as compris!!pas d'entourloupes, !!mais il parle !!!je lui réponds :!!nous sommes des mutants amphibiens maintenant. Pas moyen de m'échapper, à plus de dix mètres de profondeurs, j'aperçois ma Pénélope qui fond sur nous !!Nous sommes tous les trois sur le sable, une incertitude demeure!! qui vas remonter le premier ? Pénélope vas manquer d'air, je m'approche de sa bouche, lui insuffle de mon air, ses yeux resplendissent de terreur !! Je pourrais m'en débarrasser maintenant, devenir le conquérant de son aventure personnelle  , je la retiens de mon bras droit, elle va mourir !! je vais être un assassin , le garçon me fait signe de la remonter , comme un ballon de plastique , elle se propulse à une vitesse vertigineuse à la surface. Nous resterons encore plusieurs minutes sous la surface , récoltons une masse d'oursins, de coques , d'huitre géantes. Ce soir la  nous dinerons de plats succulents, mais il faut décider de la suite à venir !! je suggère de nous  diriger sur la ville portuaire  plus  au nord . Après , le diner , j'ai une envie de me retrouver seule , dans mon lit, m'occulter une nouvelle fois, regarder attentivement ces transformations définitives  de la journée. Je suis défensivement une femme maintenant, mes organes nouvellement crées , j'admire le travail de précision effectué par ce sculpteur de chaires. Il me suffit de retrouver ce clitoris miraculeux pour construire cet assortiment de jouissances .Mes seins absolument bien formés , je peux passer ma langue sur ses tétons pointus. j'ai déjà cet orgasme , il ne fait pas de doute que je n'aurais pas besoin de quiconque pour satisfaire mes besoins réactifs. Je suis devenu un être libéré  de ces intrus moustachus, avides de violer leurs bonnes ménagères. J'appréhendais beaucoup d'être le vide programme salutaire de ces hommes  , m'enfoncer leurs verges monstrueuses  dans mon corps , d'avaler leur liquide soi disant de qualité n'était pas pour moi. Une anomalie , quand même résistait dans ce programme chirurgical, mon sexe demeurait invisible ,mais émergeait néanmoins avec une virilité jamais obtenue. Que faire de cet objet bien encombrant ? Raouste avait peut être raison, son bistouri approprié aurait peut être sectionné cet embarrassant accessoire. Je serais complètement à la mode féminine, je commençais à désirer la possibilité de changer mon visage, le remodeler, l'astiquer de ses rides disgracieux. Enfin ! devenir une starlette sur ce bateau  , parader à la proue nue , ma poitrine en avant, mon sexe fermé à double tout , pas d'imposteur , seulement des fantasmes!!  invitant les dieux à se soumettrent. Je divaguais complètement , obsédée par cet accoutrement ne m'appartenant pas encore. On frappa à ma porte, il était quand même deux heures du mat, nous étions toujours amarrés , nous partions de bonne heure. c'était Pénélope , j'étais sur le dos , mon ventre littéralement surexposé à la vindicte populaire, ne demandait qu'à se faire transgresser . Rentre Péné!!!! nue également, mais des formes disgracieuse avaient fait sur son corps des apparitions, de la mini cellulite entourais ce ventre redondant, son visage cernés de rides crapuleux la faisait ressembler plutôt à une vielle déchue. Elle s'allongeait tout près de moi !! normal me direz vous c'est ma frangine !! Comment as tu fabriqué ce corps abject ? Je lui racontais tout, nous avions le temps devant nous, son corps abimé, ses soldats compartimentés dans ce cerveau déformé,  en train d'essayer de la sauver de cette mort certaine. Elle m'avouait avoir des douleurs persistantes dans le crane , et son oreille droite. Le lobe étant occupé en permanence par ces Olybrius de médecins lui donnait des fourmillements incessants. Je massais son oreille délicatement, je connaissais l'endroit délicat, elle soupirais de plaisir, je partageais ce dernier avec elle. Je lui massais l'arrière de son crane, en fait j'aidais les pompiers certainement à l'œuvre depuis ce matin. Il ne faut surtout ne plus boire d'alcool , ne plus fumer quoi que se soit, compris ? D'accord mon frère. Nos ventres se touchaient, sa peau  néanmoins encore lisse , la mienne luisante se transformaient .Je lui confiais un secret, donne moi ta main droite , n'est pas peur de moi!! mon sexe énorme se dressait dans la nuit, je lui confiais cet objet de désir en service commandé. Mais je ne le vois pas ? Justement c'est la ! le moment le plus délectable  , le toucher sans le voir, le sentir, le caresser, le mettre dans ta bouche, et !! enfin d'empaler dessus. Je suis ta frangine, je ne pourrais pas , tu as envie ? Oui bien sur!! Alors laisse toi  aller dorlote le , tu n'as pas besoin de le regarder , il ne se vois pas, il se désire .Et tes seins ils sont formidables , moi à coté !!! Ne t'en fait pas!! c'est un accident tu sais::!! Si cela se trouve dans quelques heures je serais redevenu comme avant, avec mon ventre ventripotent, mes cheveux clairsemés, enfin ce corps vieillissant et mal aimé. Et ton docteur Raouste il se trouve ou ?? Tu as un numéro ou le joindre ? Je souriais , elle avait décidé de s'approprier mon sexe virtuel , viens sur moi ma chérie!! je suçais avec délicatesse sa poitrine défraichie en gant de toilette, l'embrassais de tout mon cœur , rien n'y faisait ses tétons ne répondaient pas, l'usure de l'âge certainement!!. Après quelques essais  infructueux , enfin , elle s'empalais définitivement , ce fut l'extase ,l'euphorie nous gagnait, l'ivresse de ce bonheur retrouvé, je m'enfonçais considérablement dans ce corps abandonné, projetais des quantités de sperme purificateur. Un orgasme me délivrais enfin, nous étions unis, scellés complètement, nos corps se trouvaient complètement enlacés , nous hurlions de plaisir. Nos bouches se délitaient à n'en plus finir, nos langues se faisaient des nœuds  , cela durait des heures , la houle nous ramenait à la vie, nos corps en sueur , dégoulinaient véritablement. Ca te dirait un bain en eau profonde  ? Ni une ni deux nous étions dans le carré arrière, nous glissions doucement , je l'invitais à prendre une bonne bouffée d'air, je l'emmenais vers ces profondeurs magiques. Ce fut fascinant de nager, de se perforer , les poissons nous accompagnais, de bouffée en bouffée je l'aidais à rester le plus longtemps possible avec moi , dans moi, nous faisions d'une amourette un amour démesuré, capable de renverser nos habitudes préconçues , Vénus était devenue notre compagne pour l'éternité , le soleil commençait à percer les profondeurs, il fallait remonter, chacun son tour pour ménager nos compagnons. Ils dormaient encore, il était temps de préparer le déjeuner , mets toi çà sur le corps, ma pénélope, je l'embrassais encore et encore jusqu'au plus soif !! Nous étions déjà à la fin de la collation gargantuesque, que nos amis arrivaient pas entièrement réveillés , ils n'avaient rien vu ni entendus ,et c'était heureux . Camille me mis un bisous appuyé dans le cou, ne réveillant plus d'instinct provocateur. Il faut que je te racontes!! j'ai découvert l'amour cette nuit avec mon garçon, en fait ce n'est pas véritablement le miens , et , il a un sexe, tu ne peux pas imaginer!!  Deux couples c'étaient formés sur ce bateau . J'étais soulagé de ce revirement de Jonas. Les voiles larguées nous filions un quinze nœuds ..............      

Pénélope.saison deux // chapitre.09...à la poursuite du professeur.

        J'étais attentif à tous ces bruits insolites , mais rien ne venait nous distraire dans notre étreinte passionnée. Quand !! le fond de cette cabine s'ouvrait littéralement devant des profondeurs insoupçonnées . Je réveillais Pénélope de sa torpeur nuitale. Regarde devant toi, elle se redressait , docile , son dos musculeux , appuyé sur mon torse. Quesque c'est ? cette horreur , je ne sais pas ! En fait ! je connaissais déjà cet endroit . Une caverne en forme de sexe féminin nous invitait à transgresser ce tabou de la pénétration . Approche , regarde cette cavité semblait animée de multiples contractions , un chariot de feu , sorte de bobsleigh se trouvait devant nous ,prêt à prendre des passagers. Je l'inspectais sur toutes les coutures, rigoureusement aérodynamique, il était équipé d'une sorte de chenillette autour de roues métalliques . Composé de deux sièges genre baquet, la cabine étroite pouvait accueillir deux passagers . Pas des obèses bien sur!! mais deux personnages normaux pourraient se tenir dans cet étroit cercueil embulant. Un feu rouge d'une luminosité extravagante nous interdisait de passer outre . Je m'installait dans cet étroit réceptacle , Pénélope se faufila derrière moi. Je m'accroche ou ? deux minuscule poignées de chaque coté suffiraient peut être ! pour la rassurer. Sinon accroche toi à moi , des ceintures , sorte d'accroche cœur distillaient une sorte de réconfort aléatoire . le véhicule ne bougeait toujours pas , un bruit sourd, au loin nous tenait en haleine. Deux masques sorte de compromis d'anti gaz trônaient au dessus de nous , attachés à la structure ceinturante. Par mégarde, ma sœur touchait ma verge décidément encore en verve , la machine rugit d'une poussée magique, une montée d'adrénaline nous submergea radicalement . Je l'aidais dans cette sensationnelle découverte. Continue stp !! le dessus du prépuce activais la vitesse , l'inclinaison à droite nous irions à droite, pour l'accélération il suffisait de tirer sur ce manche dominateur, ainsi de suite. Une sorte de goulotte circulaire trônait devant moi , j'introduisais mon sexe!! c'était, en fait!! la commande automatique , je pensais à l'accélération, les moteurs vrombissaient. Nous avions le véhicule du bonheur, je me mis à penser orgasme, il arrivait en cascade, libérant de l'huile dans la machine ou du carburant nécessaire à l'activation de cette formidable machine stratège. Incroyable !! c'était tout simplement époustouflant de magie, qui pourrait sur terre imaginer ce véhicule ? personne!! sinon le diable par la queue peut être ? J'ai envie d'aller aux toilettes mon chérie!! ce n'est pas le moment , le départ se précise certainement. Nous avions remarqués deux trous circulaires au milieu de chaque siège, peut être le moyen de satisfaire nos besoins naturel ? qui sait ?J'ai mal au ventre!! retiens toi ma chérie. Un bruit d'enfer commençait à submerger nos écoutilles phoniques. Des chariots remplis de produits réellement nauséabonds arrivaient. Des ouvriers de nettoyage poussaient ces wagons s vers la sortie derrière nous . Je sentais Pénélope au bord de l'évanouissement !! Les chargeurs arrivaient , déversant leurs multitudes déchets nauséabonds, en même temps cette femme dépourvue de toute considération envers moi, commençait à déféquer dans ce trou miraculeux. Je réalisais dans la seconde, que , j'avais les merdes à ma chère sœur, devant moi, nous étions dans son anus, c'était reparti pour un voyage dans ses entrailles , je bénissais ce professeur émérite de nous avoir réinvités. Les nettoyeurs arrosait les contours de vide entrailles, Pénélope pissait enfin, ce jet nettoyait cette cavité, je proposais de faire reluire cette canalisation vielle de plusieurs décennies, ils s'activèrent immédiatement. Pénélope c'était enfin soulagée, pas besoin de t'essuyer ma chérie , nous avons ce qu'il faut en surface. Ensuite arrivèrent des ouvriers , genre techniciens de surface , des traces de sang apparaissaient sur les bords , des fissures malignes apparaissaient elles seront recousues en un temps record .Le feu était toujours au rouge , Pénélope s'acharnait avec mon sexe , je jouissait sans arrêt , projetant du carburant dans la tuyauterie. Nous sommes dans ton corps !! tu le sais ? Oui mon chérie , j'ai hâte de découvrir ma machine intérieure, de rencontrer ce Raouste , ce génial inventeur , peut être de le draguer ? ne rêve pas trop , il est vieux , moche , par contre!! les infirmières sont absolument magnifiques. Dis donc ! tu as encore envie de femmes ? oui !! c'est vrai la transformation s'accélère dans mon cerveau, mais je pense encore aux demoiselles , c'est certain !! Le feu était passé au vert , une couleur émeraude nous engageant à mettre les gaz , pas vraiment ceux des voitures, je retirais ma ciboulette de cette tuyauterie , tous les voyants au vert , nous avions fait le plein de carburant . A toi de jouer ma chérie, ses deux mains expertes me titillait , rien ne venait !! attends je triturais ce sexe monstrueusement rigide , je m'aventurais dans ces prémices obligatoires , sorte de préchauffage de bougies. Mon doigt certainement pas assez tactile ne pouvait absolument pas démarrer cette infernale machine , Pénélope refit les mèmes gestes, doucement le plus caressant possible, une décharge presque électrique me transperça , j'avais mal aux freins, le socle sur chenilles fit une embardée , accrochons nous à la ridelle, je souffrais en silence, ne pas pouvoir éjaculer librement, cela m'était insupportable , la chenillette démarrait doucement, transformée en conductrice émérite, ma sœur organisait ses mouvements d'une façon véritablement experte. Ah!! enfin vous démarrez cet engin , l'ouvrier chargé de cette clientèle roulante allait pouvoir nettoyer notre emplacement . Une affiche nous signalait la direction à prendre, deux jours pour le grêle, trois pour le foie, quelques heures de plus pour la place de cette étoile ;: le cœur !! Regarde ton corps intérieur :: ma sœur!! Quelle merveille , j'avais un gout de déjà vue, cette cavité je l'avais visité lors de ma sortie compliquée. Ca sent réellement mauvais mon frère, c'est ton odeur ma sœur !! sa tète reposais sur mon épaule, ses mains de temps en temps relâchais ce proéminant joskist , nous avions entièrement remonté cet intestin mirobolant, une intersection nous indiquais la direction à suivre, à droite!! à gauche !! un énorme précipice à gauche , il était évident qu'il ne fallait pas s'aventurer par la !! Personne !! pas âmes qui vives, nous ne sommes pas encore sur les grands axes . J'ai envie!! envie de quoi ? de faire pipi ! Non de toi!! une folle revendication de son corps affluait dans ses veines, je le sentais, ses muscles environnants commençaient à se tendre, comme des arquebuses prêtes à se délecter de leurs proies . Nous ne pouvions pas faire l'amour ici, en plein carrefour , des caméras discrètes sont certainement dissimulées dans les profondeurs. Prendre une prune pour attentat à la pudeur, en plus aucune monnaie , pas de carte bleue sur nous, je me vois mal arrondir les angles avec la maréchaussée. La sauvageonne , pas toute jeune, va transgresser ce tabou !! elle passe devant moi , se retourne .Je ne peut qu'admettre la réalité, elle va s'empaler dans l'alimentation du moteur. Tous les voyants de la machine sont au rouge, la caméra embarquée nous filme ;, tout est enregistré , le professeur derrière son pupitre doit savourer sa joie de se repaitre de cette photo absolument libidineuse. Elle a enfin son orgasme, sa langue absorbe le reste de ce qui peut sortir , arrête il est temps plutôt de faire le plein. La panne sèche n'est pas loin, il faut réactiver la pompe, le jus n'arrive pas, Au plus fort de son orgasme n'a t'elle pas aspirer complètement ce carburant ? J'ai affaire à une chienne littéralement en chaleur possessive, elle réussi à réactiver le processus, nous referons le plein de super carburé ! j'apprécie grandement cet appareil , il réagit à la moindre de mes sollicitations, les virages sont pris au cordeau, nous avons dorénavant une formule 1 dans les tripes défaillantes de cette femme .De multiples bosses genre sabots de Moscou nous invitent à ralentir , des fusées en face de nous , une autoroute roujoyante se profile à l'horizon. Nous allons rentrer dans le vif du sujet , traverser cette marée de globules , rouge ou blanc, il faut choisir sa file. Je choisi les blanc, réparateurs agrées , ils vont nous mener à ce professeur Raouste.

Pénélope /: saison deux... // chapitre dix...Le corps de Pénélope..

                Une circulation désordonnée , évidemment normale !! nous sommes dans le corps de ma frangine!! nous obligeait à ralentir considérablement, de multiples chicanes envahissaient la chaussée chauffée à blanc. Nous étions encore stoppés sur le bas coté, des évacuations de déchets s'accentuaient, de multiples convois , répugnants, dégoutants , prioritaires frôlaient notre attelage. Tu vois ma sœur !! il s'agit de tes pourriture corporelles. Il va te falloir modérer ta consommation de psychotropes !! Tu déconnes ? j'en fume très peu! menteuse !! Bon !! c'est ton corps !! pas le mien. Ton spécialiste en liturgie Raouste va me le retaper complètement , ne rêve pas trop !! L'arrêt inopiné s'éternisait , des trimardeurs journaliers descendaient de ce conduit vermoulu , nettoyant , astiquant ces conduits complètement altérés. Plus nous approchions de l'étoile , plus l'altération de la chaussée nous rappelait le délabrement de cette machine Pénélopienne. Nous avions , de toute façon épuisé le stock de médicaments de notre pharmacopée embarquée. Raouste serait peut être notre placébo de remplacement dans ces temps incertains , chemin faisant nous approchions à grandes chenillettes vers notre salut. La clinique privée , enfin ! plutôt la plasturgie sous bâche nous offrait pas mal de solutions .Plus que quelques centimètres à l'échelle humaine , pour notre attelage diabolique plusieurs kilomètres nous restaient à parcourir. Nous arrivions enfin , soulagés devant tant d' imprécarités humaines. Pas de portail ni de clôture, que des montagnes d'immondices, une armée d'infirmiers(ers) font le pied de grue, une grève générale encombre l'entrée des urgences. Tous ces paumés de la réparation n'ont d'autre choix que de manifester dans les profondeurs du corps de ma Pénélope. Cela nous rappelle des temps lointains, les débuts de cette descente aux enfers. Ma sœur fragilisée, fatiguée par ce scabreux voyage dans les tréfonds de son corps, ne tiens absolument pas debout , une civière dépêchée à vive allure, la transporteras vers sa chambre .Par précaution je recouvre ce corps abimé, calfeutre ces orifices indicateurs de sa mauvaise hygiène portative. La chenillette garée au mieux , il me faut parlementer avec cette société revendicatrice. Ancien client du fameux professeur émérite, on me laisse passer , je ne retrouve pas mon guide protecteur ! on m'informe que , par précaution il est en quatorzaine, enfermé quoi!!! La maladie c'est propagée , c'est absolument certain. Le ventricule droit abrite le local de nettoyage , ici on récure, on limoge toute salopperie infectieuse. C'est dire dans quel état se trouve Pénélope!! extrêmement pitoyable . Trois charrettes sont remplies de ces déchets organiques , résultat d'un décapage , de dégraissage et enfin de purification. On m'a donné la clef de la chambre 104. Combien de patients dans ce couloir de la mort ? que vous deux!! me signale le récipiendaire de cette desserte mortelle. Pénélope se trouve dans la 103 , contiguë à la mienne, je ne peux pas y accéder , de peur d'attiser le système microbien. Les murs sont confectionnés de globules blanc complètement aseptisés , prévus pour cautériser et purifier à la fois, ils sont nos anges gardien. Un message survient à l'improviste, figé dans ce vide sanitaire, il m'informe de la prochaine réunion avec Raouste demain à la première heure. Je peux dorénavant sommeiller et dormir d'un bon sommeil déjà réparateur. Pas le temps de m'assoupir, l'infirmière de garde non gréviste rentre, je la reconnais . Alors mon grand !! comment vous trouvez vous depuis la dernière fois ? J'admet que votre chef m'a fait le plus grand bien!! ses modifications m'ont transformé complètement. Mais ce n'est pas terminé !! nous allons passer à la phase terminale. Et!! ma sœur ? OH! pour elle ce n'est pas gagné, un énorme travail nous attends, son corps est fâcheusement bien amoché. Mais le professeur va faire de son mieux, de plus un nouveau est arrivé en renfort, plein d'idées salvatrices. Un drap en soie me recouvrait , elle s'approchait , malicieusement elle connaissait son sujet. Bon!! voyons mon allocataire !! ouah!! ça fonctionne plutôt bien , c'est exact répondis-je ! Je ne pouvais que freiner son désir de soumission envers moi , elle était belle , comme moi dorénavant elle me ressemblait presque. D'où viens tu ? la réponse à ma question attendrait un peu, le temps de me projeter dans les affres du désir. Que maguinencait 'elle ? Les minutes qui suivirent me remettaient en selle véritablement en tant qu'homme , je précise. Je suis si tu désires le savoir, une entité échappée de cette planète pourrie , le professeur m'a récupérée dans une poubelle. Il m'a replastiquée et voila!! je suis présente maintenant pour accueillir les âmes égarées. De promotion en promotion je suis arrivée à ce poste mirifique, redonner un semblant de vie à vous humains. Nous travaillons en interne pour reconstituer cette gamme d'êtres périmés, remettre de l'ordre dans vos entrailles. Je dormais déjà, plusieurs heures de sommeil m'attendaient .

Pénélope /: saison deux .Chapitre Onze.....les monstres sataniques..........

               Je me réveille en sursaut, il fait encore nuit , noire , comme les ténèbres définitifs. Deux paires d'yeux me scrutaient. Une peur panique m'envahit . Ils se rapprochent de mon châlit , je commence à distinguer deux formes absolument maléfiques. Un esprit malin ? certainement satanique ? peut être ? Je reconnu instantanément ces deux monstres à poils , surmontés d'une tète ébouriffante. Que me voulaient t'ils ? Des ratés de cette chirurgie réparatrice imaginaire devenus des jaloux de ma structure avantageuse venus m'ausculter , me fouiller ? Qui êtes vous ? Ils se regardèrent , replongèrent leurs regards vers ma pomme , mon corps complètement dénudé ne pourrait pas se défendre devant tant de monstruosité , j'étais à la fois pétrifiée de trouille , et , à la fois soucieux de leurs horribles apparences .Leurs pattes avant commençaient à me toucher, pas d'échappatoire pour moi, impossible d'avertir mon infirmière attitrée. Ils étaient cette fois ci , bien en chair et en os, pas comme sur le bateau complètement furtifs !! Attendez les gars , je ne suis pas qui vous croyez, je suis encore des vôtres , masculins quoi !! Celui de droite ouvrait sa mâchoire, elle était démesurément affreuse, les ratiches mal ficelées pendaient fâcheusement , ces monstres étaient incapables de me mordre, ni de mordiller quoi que ce soit. Je les sentait malheureux derrière leur robes poilues, des larmes coulaient de leurs yeux , j'avais en face de moi des êtres humains abominablement ratés par Raouste. Faites attention à vous !!!! se seront les seules paroles que je pourrais leur soutirer. Sept heure à ma montre connectée , pas de petit déjeuner ? Etonnant de la part de cette clinique avant-gardiste , il me faudra faire une réclamation certainement écrite en trois exemplaires . Ma porte s'ouvre, quatre sbires entrent, habillés de rouge , cette mascarade dénote dans cet environnement uniformément blanchâtre. Une sorte de plancha à roulettes , surmontée d'une feuille de zing foncé habille cette plaque, plus malléable à nettoyer en cas de grosses vagues d'hémoglobine. Je suis attaché rapidement , membres inférieurs, supérieurs cerclés de fer, m'empêchent de bouger. Ces types la ne bronchent pas, aucune parole ne sort de leur écoutilles. J'ai beau crier , rien n'y fait, je suis transporté vers l'inconnu. Quelques couloirs plus loin , on tergiverse , et, nous entrons dans le local dévoué aux opérations . J'y retrouve Pénélope également allongée sur cette table, nous levons nos tètes instinctivement. Que vas t'il nous arriver de pire que cette vie de patachon sur ce bateau ? Presque rien mesdames voyons, juste quelques modifications sur votre corps, pas de quoi fouetter un chat de gouttière . Commençons par toi Pénélope.......ma sœur est morte de frayeur , incapable d'articuler une syllabe , sinon un gémissement véritablement indiscipliné. Nous vous avons effectué des radios de votre panoplie hormonale ma chère !! et vous allez enfin ! connaitre le résultat. Je suis fier de vous annoncer que vous attendez des jumeaux , garçon ou fille à vous de décider !! C'est pas possible!! docteur!! des mutants ? Non de vrais petits bouts de choux identifiés comme être le résultat de vos mœurs débridés avec ton frère. Il ne manquait plus que cette nouvelle abracadabrantesque !! Bon nous verrons le problème plus tard dans la matinée, d'abord ! il va falloir s'occuper de ton aspect extérieur. Nous allons poncer cette substance qui s'appelle la peau, enlever tous les rides , remodeler les parties intimes, ensuite évacuer par liposucions tout cet amas de graisse disgracieuse. Nous nous occuperons des pieds après , remplacerons tes ongles disgracieux , également enlever les cors boursouflés, te remettre presque à neuf du point vue beauté corporelle. .La tète viendra en dernier, la !! je l'admet !! la complication de te refaire la face mettra du temps .Vous ne m'endormez pas ? Non pourquoi ? Et la douleur docteur ? Pénélope !!je te connais sur le bout des doigts , tu es une dure à cuire ! La ponceuse à batterie portative vibre un max, son bruit ne couvre pas les hurlements de ma frangine, j'assiste à la plus effroyable douleur supportée par un être humain. Tout le corps y passe , les parties intimes sont rabotées , lessivées, sont enlevées les ossements disgracieux débordants de vigueur. Le plus dur à supporter c'est l'arrachage des ongles !! Les résidus de poils sont arrachés définitivement .Une poussière brune recouvre le sol carrelé, les aides de camps nettoient au fur et à mesure. Maintenant le dos , Pénélope est retournée par un palan suspendu , ce n'est plus qu'une loque pendouillante lamentablement, enfin elle atterrit sur ce tarmac taché de sang , la ponceuse de nouveau en action libère son corps de toutes les impuretés, verrues , cicatrices , décors divers accumulés au bout de toutes ces années. Raouste assisté de ces deux adjoints remarquables , s'affaire à peaufiner cet assemblage de muscles , ne laisse rien au hasard , sa réputation est en jeu !! Bon!! avant de vous remodeler , il faut me dire ce que vous avez décidé pour les mioches. Il est encore temps de les aspirer, ou encore mieux de modifier leur sexe, ou de leur rectifier l'aspect. Nous nous regardons , tu veux les garder ? Oui je le désire vraiment , mais je souhaite un garçon et une fille, blonds de surcroit , moi je suis d'accord mais il faut qu'ils soit normaux!! pas de mutants désorganisés comme vos affreux loups à pattes poilus professeur !! Oui je sais!! ceux la sont mes premiers clients , les vôtres comme vous deux serez parfaits, il faut me croire. Il a déjà sorti une sorte de boule du ventre de Pénélope, elle n'a pas eu le temps de dire ouf !! Quelques minutes de silence!!! et voila !! c'est fait un beau garçon, l'autre c'est une fille à n'en pas douter. Maintenant je vais te recouvrir d'une sorte d'application genre silicone légèrement mat, surtout ton corps, il ne faudra en aucun cas bouger, après , un deuxième ponçage le plus fin possible lustreras ce corps de nouveau vierge. Mes assistants à l'intérieur de ton buste sont en train de s'occuper de ta poitrine , elle reviendras comme celle de tes vingt ans , soit en certaine. Au fait quel cote tu désires ? quatre vingt quinze b !! Mazette comme ton frérot , vous allez ressembler à deux sauterelles magnifiques toutes les deux sur le pont avant .Pendant que mes aspirants mastiquent , étalent ce produit hautement inflammable , je vais m'occuper de ta tète. Le nez!! c'est ok !! La bouche, un coup de scalpel et recoudre rapidement, en un tour de main Raouste à modifié cette bouche appauvrie , les yeux maintenant !! les yeux, je l'est fait en bleu ciel si tu veux . D'accord mais faites vite, je n'en peux plus !!! Je regarde ce que devient ma grande sœur, une masse informe emballée dans une sorte de colle dégueulasse. Elle est devenue un bloc dur comme un roc , le produit à prise rapide à remodeler ce corps, comme une momie ancienne. Raouste se tourne vers moi , comme tu peux le remarquer je n'ai rien oublié, même pas les sacoches sous ses yeux. A toi maintenant!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Pénélope // saison deux /: chapitre douze...Enfin !! femme.

               Les majordomes de Raouste m'avaient affublé d'une salopette extrêmement fine, de couleur indéfinissable. Ma mirifique  poitrine  refaite entièrement , peut être  bardée de silicone , pointait ses dars vers le ciel . Alors !! pourquoi t'es tu enfui de ce bateau ? Nous ne voulions absolument pas te faire de mal , juste t'inscrire à ton développement futur !! Je ne répondais pas , sa parole me suffisait!! de toute façon , j'étais extrêmement satisfait de ma nouvelle posture familière .J'avais depuis longtemps souhaité être cette femme conquérante , terriblement attirante , comme ma sœur, certainement pas l'idiot du village toujours à sa botte .Qu'allez vous me faire demandais-je timidement ? Oh ! pas grand chose , il a été question lors du dernier conseil d'administration de t'enlever cette verge masculine , pour ton bien être mental bien sur. Il faut assumer maintenant, le fait d'être une gazelle souveraine . Je dominais mon anxiété , ils allaient couper dans le vif de mon sujet modifié , je ne pourrais plus détenir la force  de ces males supérieurs. En cadeau , tu pourras conserver dans du formol ta verge grandeur nature , c'est un luxe que beaucoup de trépanés n'ont pas !! mon garçon. Ensuite nous allons te faire une révision générale, à nos frais évidemment. Pour ta face d'homme !! serait t'u d'accord pour un remodelage complet ? C'est à dire docteur ? Bon!! je vais certainement rentrer dans un sujet tecniquement compliqué pour toi  ,je vais faire simple ,  nous avons des tètes de femmes plus ou moins belles en stock. Toutes les couleurs sont représentées, tous les styles de tous les cinq  continents .Vous allez me trancher ma cabane à neurones ? Oui et non !! Nous adaptons !uniquement  la face avant , comme un pare choc de voiture , nous rognerons s'il le faut par des coutures latérales. Le laborantin de service arrivait déjà , sur un bar à roulettes étaient disposés de multitudes enveloppes faciales flambantes neuves ou reconstituées. Que de choix, ce dernier était cornélien car, j'avais la fine fleur des top modèles sur cette ancienne terre. Ou avait t'il récupéré ces morceaux choisis ? J'avais opté pour un type asiatique sans les yeux bridés , plutôt  le ton méditerranéen , modèle jeune sans acné , pas de poils , le nez en tire bouchon légèrement pointu à la Cléopâtre indiquerait le sud. Les oreilles à l'opposé de celles des cochons me satisfaisaient complètement . Elles collaient bien au crane, génial !!Parlons de cette boite  justement!! me dictait le professeur , le problème c'est que ce catafalque est bien trop petit , enfin ! un peut étroit !! pour mettre toute votre disponibilité d'intelligence. Pour faire simple , le QI de cette tète de femme est très bas !! nous ne souhaitons pas que vous baissier le votre. Je peux connaitre le nom de cette nulle ? Nous ne donnons jamais le nom de nos donateurs , par respect pour les familles et de crainte d'avoir des procès à la pelle . Par contre , je peux vous donner une indication: cette nana était la fille d'un sanguinaire dictateur d'un petit royaume Asiatique oublié. J'étais subjugué par les indications du professeur Raouste, je donnais mon accord de principe pour cette face de crabe, absolument magnifique. Il me suffirait après , de travailler de façon continue mes neurones présents, enfin les siens. Dans ce protocole , un copier coller de mon savoir serait rajouté dans la partie souple ,donc absorptive de mes neurones. J'avais opté pour des cheveux bruns , à l'opposé de Pénélope , il fallait faire la différance dès le départ. Nous allons contrairement à votre frangine , vous endormir, la colle est si forte qu'il serait possible de vous arracher la tète et de sombrer dans l'éternité. Pénélope était sortie de son coma, avait tout entendu , me fixait une derniere fois, regretterait peut être ? son minou de frère. La scie circulaire tronçonnait déjà ma tempe droite, je vivais dans un  coma  léger cette opération, il était question de garder mes yeux tout en modifiant leur couleur . De vérons ils allaient passer au vert émeraude . Pour cette derniere opération , à part pour les chiens ratés , il y avait foule autour de la salle , que des blancs prêts à intervenir à toute attaque des rouges. Douze heures , repas compris suffirent pour reloquer ma trombinette , à partir de ce moment j'étais complètement devenu une femme , pas encore célèbre bien sur!! mais j'en jouissais déjà de commettre les cent coups dans des soirées réellement festives. J'étais recouverte d'une coque protectrice en titane , d'après le mécanicien adjoint, j'approche de cette transformation définitive , celle de mon cerveau accentue la différenciation intellectuelle. Douze heures de collage !! pas plus m'a reconfirmé le diabolique Raouste. Je distingue dans la pénombre , Pénélope , je ne la reconnais pratiquement plus , hormis la tète pas trop différente. Ces cheveux blonds descendent jusqu'au bassin , comme une trainée d'étoiles filantes , ces filaments inondent la salle d'une constellation fabuleuse. L'abdomen  en forme de cavité plate  est une provocation pour le commun des mortels , à toute les provocations imaginaires , cette femme va rentrer dans cet absolu divinatoire. Nous avons hâtes de reprendre la route , de naviguer en toute sérénité. Les formalités s'accélèrent , nous allons nous découvrir l'une et l'autre en face de nos réelles nouveautés . Je vous reverrais avant votre départ, et, une surprise vous attends!!!!!!!!!!avait conclu Raouste, reposez vous , profiter de toutes nos commodités . 

Pénélope /: saison deux .Chapitre treize.......les bébés dans le corps de Pénélope........

                    Le départ approchait grandement. Nous attendions le maitre des lieux. Le service ''assurance sur la vie'' avait RDV quelques minutes avant notre entrevue avec Raouste. Des documents de ce service après vente miraculeux , nous furent remis séance tenante , de la lecture certainement intéressante à mettre sur nos tables de chevets. De multiples recommandations nous furent prodigués , pas de tabac, aucun alcool , pas de drogues , même pas douces !! Le cancer de Pénélope , au début , était en phase terminale , pratiquement éradiqué à sa sortie , de son corps réaménagé , elle pourrait reprendre des forces rapidement. De mon coté mon estomac récalcitrant était désormais sous contrôle , et en ordre maximum de masticage . Ils nous ont fait plonger de force , nos citrouilles dans une baignoire pleine d'eau : il s'agissait de minuter le temps d'apnée possible. Nous battions , ma sœur et moi-même, des records . Les futurs bébés se portaient bien , je ne voyais pas de différence , aucune rumeur évidente ne gonflait ce ventre absolument plat. J'avais une envie folle de la caresser , de transgresser les autorisations étais - je , gay ou lesbienne ? Je butais devant ces interrogations sulfureuses . L'adjoint devinant mes envies , me rassura sur ce thème, par contre attendez quelques temps pour vous faire rentrer dedans. Nous étions confortablement affalées dans de formidables fauteuils , ces derniers propices à la débauche, étaient une invitation terrible pour une immoralité accentuée. Toujours pas de Raouste!! quelle surprise allait t'il nous annoncer ? avant la dégustation de petits fours. Il arrivait finalement accompagné de sa cohorte d'abrutis sorciers délurés , le maitre des lieux , avec sa barbe monstrueuse ressemblait plus à Jésus qu'à un directeur de clinique. Il nous demandait de nos nouvelles , rassuré par son travail réalisé, il désirait nous présenter une personne . J'étais sidéré , cette dernière de la longue procession approchait lentement , j'en était sur , il s'agissait de mon double !! Que faisait t'il ici ?Comment avait t'il put rentrer dans le corps de Pénélope ? Ou dans la trappe mystérieuse de notre voilier ? Quelques interrogations plus loin , Raouste fit les présentations . Je vous présente Jean ,il nous est arrivé tout droit de l'au delà, il a bénéficié des dernières innovations de la clinique. Sur ce , il dévoila ce corps , jadis absolument usagé, il était de nouveau remis à neuf , Je revoyais à travers cet olibrius ma jeunesse oubliée , comment allions nous faire pour vivre ensemble ? La question étant posée, je me tournais vers Pénélope , elle hochait du menton ostensiblement, pas convaincue du tout , du bien fondé de ce retour inattendu de ce type. Raouste enleva magistralement comme pour une statue de marbre , le tissu transparent, apparu un être parfait, terriblement provocateur , ses yeux nous déshabillaient littéralement. Le professeur devinait t'il ce mystère de la vie ? Je n'en était pas si sur , lui ! ne pensait qu'à prospecter sur de nouvelles chirurgies avangardistes. Cet homme d'une hauteur impressionnante nous dominait déjà ; et c'était moi en chair et en os plus de quarante années en arrière. Les petits fours agrémentés de liquide rouge vif, circulaient dans l'assistance. Je happais le professeur , lui suggéra de faire l'impasse sur ce type , non ma grande , il fait partie intégrante de votre famille maintenant ! Mais comment vas t'il se rétablir de l'autre coté ? Pas de soucis , nous avons tout prévu , pas de chenillettes pour demain matin, mon véhicule de fonction vous raccompagneras vers la sortie, vous serez endormi dès ce soir, le temps de faire la nature. Nous ne pouvons faire le choix de vous laisser seules dans cette contrée pas encore nettoyée. De plus les logiciels sont programmés de façon à rétablir la vérité dès demain matin ;vers sept heure trente. Et vous docteur qu'allez vous devenir ? Oh moi et mes collègues sommes tributaires de votre sœur , elle tiens les clefs de notre vie, quand elle disparaitra nous ne nous dérogerons nullement de nos responsabilités , nous l'accompagnerons vers son dernier voyage, si funeste soit t'il. Pour vous Jeanne ! je peux vous appeler Jeanne ? Je balbutiais un timide oui !!! pour vous Jeanne l'avenir est devant vous, avec Jean vous allez faire de grandes choses. Je connais déjà la rivalité naissante entre vous deux , mais en y mettant chacun du sien vous allez créer un empire familial .Mon cerveau pas habitué à fonctionner avec si peu d'intelligence se mettait à tourner en boucle, comme cherchant la bonne idée à venir. Pour votre cervelet ne vous inquiétez surtout pas, les nouvelles mises à jour du logiciel installées , je vous ferait parvenir immédiatement la réactualisation.Au fait!! docteur , pourquoi le corps de Pénélope ! et non ! le mien par exemple ? C'est simple , voyons !  dans ce cas présent, ta soeur se trouve ètre l'ainée , nous nous sommes installés chez elle,  voila ta réponse à ta question !! Donc ! plus de chances de vivre plus longtemps ?Non!! pas forcément ! Les diverses expérimentations dans son corps , peuvent altérer ses membranes, et casser très vite ses lignes de vie. La soirée réellement  festive battait son plein , des rires , des revendications de toutes natures flottaient dans cet air raréfié. Toutes les infirmières, aides soignants étaient en train de dérésonner , une partie de pétanques composée de globules de toutes couleurs s'affichait , à celui ou celle qui dégommerait le plus de ces engins indispensables !! heureusement que nous ètions réparés!! J'allais , suivit de Pénélope , me coucher , me reposer, cette harassante journée m'avait affaibli , il me fallait du repos encore du repos, rien que du repos. Bras dessus , bras dessous nous divaguions après ces quelques coupes de vin rouge , je la laissais devant sa porte, Jean nous suivait , cet être allait se dissoudre dans notre petite famille, certainement accentuer la différance, entre nous. je le savais ,il degageais une impression de déjà vu,normal ! j'avais vécu dans cette jeunesse pas toujours facile de beaux moments , . Je refermais ma porte sur ces derniers soupirs.Je m'empressais de jeter un coup d'oeil sur mes lignes de vie virtuelles , dans le creux de ma main droite, la paume se trouvait sillonnée d'un immense et long canyon. Je me rassurais tout seul , mon corps avait encore évolué!!c'était indéniable.J'étais en train d'en devenir amoureux.Incroyable!! comment vous expliquer sur ce quoi , cet état se fondait dans ma peau !! J'en était certain, mon corps en fait!! était peut ètre ? un ensemble de deux personnes, je m'explique : l'homme que je fus , et la femme que je devenais !Je devais à coup sur , avoir deux cerveaux ? pour intervenir un par un, mais surtout ! pas les deux à la fois! Mes mains d'homme invisible  caressaient ,comme une guerilléros révolutionaire  , outrancièrement ma poitrine rebelle , encore fermée à toute dissidence elle résistait insensible à ce corps étranger, puis se laisser aller dans  une indiscipline effarante .Dans cettte extravagance démoniaque , le désir se démultipliait , ce fut pour la première séance d'un bienfait phénoménal .Raouste en inquisiteur génial ne m'avait pas , je pense , dilvulgué toutes les subtilités de cette transformation. Un mémoire tronait sur la table de nuit, je m'empressais de le feuilleter, de multiples applications fourmillaient dans cette brochure reliée à l'ancienne. Le train du sommeil rentrait résolument, je mis dans mon havresac ce précieux receuil. Un incroyable voyage dans le temps, et le futur allait nous faire découvrir la prospective dès le lendemain, enfin je l'espérais de toute mes forces mentales ressoudées dans une mème armoire, je poussais ce bouchon pour qu'il explose , l'exitation à son comble,  je pénétrais enfin dans cet aveu de ces futures révélations prommetteuses.  à suivre ......................JD.