Pénélope //saison.03

Chapitre.01.// une vie nouvelle.

Chapitre 02.// la flibuste en action.

Pénélope.saison trois // chapitre.01.........une vie nouvelle.......

                      Le voilier voguait gentiment en mode automatique. Ma sœur et moi même comme deux automates réglés parfaitement , déambulions dans le couloir à cabines. Sur la porte donnant sur la couchette de Jean, trônait sur la poignée ''mises à jour en cours , ne pas déranger'' Je me hasardais , néanmoins , pour  jeter un furtif coup d'œil par le trou de la serrure. Cet homme reconstitué la veille se trouvait dans un halo à dominance bleue , genre lumière de four à miro ondes. A peine débarqué du ventre de Pénélope, des rectifications se trouvaient déjà en formation continue. Nous nous regardions toutes les deux , ses cheveux excessivement longs , s'arrêtaient au début de ses fesses . Tu devrais les couper ?                                          Certainement pas ! me réponds dis t'elle!! Pas question de toucher à cette crinière blonde. Pour ma part , Raouste, sur ma demande m'avait concocté une chevelure brune presque cendrée , à la forme résolument carrée, je me trouvais réellement superbe. Le bateau tanguait quelque peu , vite!! grimpons au carré , une chaleur insupportable même en pleine nuit nous faisait suffoquer. L'ile pas très loin , apparaissait dans la brume matinale , je vais chercher les jumelles. Installée sur un pied fixe à cause de leur poids proéminent , je scrutais la cote sauvage , complètement désertée par l'homme , cette double longue vue étant  ultra performante, nous pouvions distinguer à plus de dix kilomètres chaque infructuosité de la falaise. Pénélope !! oui!! je crois distinguer Saint Florentine .Fait voir !! Ma sœur comme une amazone se penchait , son corps nu cambré au maximum , tendu comme une arbalète , avait une position de statue de marbre. Je distingue le clocher du village.....Quelque chose au sommet !!! C'est réellement bizarre , on dirait une forme de ......chocolatine. Tu es sur, ce n'est pas !!plutôt !!un croissant en forme de demi lune ? Tiens regarde ! effectivement une sorte de petit pain au chocolat se trouvait sur la pointe anti foudre. Une nouvelle religion ? Peut être !! Quelqu'un montait de la soute , c'était Jean , il transpirait à grosses égouttures , et!! les filles!! regardez!! nos regards plongeait sur son bas ventre un sexe phénoménal trônait en son centre, de dégout je tournais la tète, en plus c'était moi , ce mâle agressif qu'il me fallait maintenant supporter. Je donnais un coup de coude à Pénélope, elle compris immédiatement. Tu comprends je ne pourrais  éternellement me taper mon entité, cela m'est carrément impossible!! Je te comprends ma chérie. Je ferais tout mon possible pour le séduire. Jean , sur cet entrefait , avait plongé dans la flotte, nous étions tranquilles un bon bout de temps. Il va nous falloir dégoter un plus grand rafiot!! c'est vrai !nous sommes maintenant à l'étroit. Je regardais à la lunette, le port minuscule de ce village, des yachts sommeillaient dans le parking en eau profonde. Que dirais tu ? d'un cinquante mètres . Faut voir, ça marche au gasoil ces machines , faudrait pas tomber en panne en pleine vase ? Attends!! j'en ai trouvé un superbe, de plus ! des voiles métalliques de dernière génération font partie de la structure. Jean nous suivait sans aucun problème, nous filions quand même à plus de vingt nœuds!! Laisse le , il va bien finir pas se fatiguer ? Pas sur, regarde ! il a encore plongé, ah !! il est devant nous dorénavant. Je vais mettre en panne, faudrait pas arriver au port sans aucune précaution. Camille et son fiston Jonas étaient levés , bouches bées , ils nous regardaient comme des extraterrestres. Un peu jalouse de nos apparences, je le supposais ! une rivalité allait peut être apparaitre . Il faut vous rhabiller les filles !! Les habitants de cette partie de l'ile ne sont pas franchement des libertins, j'ai remarqué des valetailles complètement recouverts de toiles noires. J'ai bien peur qu'il s'agit de résidus de l'ancienne religion matamore. Pour l'instant ils ne nous ont pas découvert, mais il va falloir la jouer fine. Si voulez substituer un paquebot ? Mais nous avons la solution Camille!! Regarde Jean!! comme lui nous sommes équipées de poumons capables de respirer plusieurs minutes sous la surface. En petit commando furtif , nous pourrions investir la place, et monter à bord , démarrer les turbines, au mieux lever les voiles métalliques pour moins de bruit. Il était temps au carré d'échafauder une stratégie. La ville presque détruite, pourrait nous cacher, un moment, à travers les ruelles sinueuses ,  approcher ce superbe bateau. La deuxième hypothèse serait de grimper directement sur le bastingage , mais la hauteur absolument impressionnante nous refuserait l'ascension. Attends!! je crois avoir remarqué dans la cale , des voiles ! Des parapentes ? oui!! Jonas comme un sixième sens avait déjà ramené un paquet, zut!! il n'y a qu'une voile!! Nous étions en train d'échafauder un plan subliminal , Camille se rapprochait de moi , tu crois que je pourrais devenir comme vous ? Elle en bavait de jalousie, peut être !! faut voir Raouste. Evidemment nous serions sur le même pied d'égalité !! Tu préfères !!un homme ou une femme magnifique ? les deux mon capitaine!! Bon!!nous verrons lors d'une prochaine remise à niveau, promis ma chérie. c'est vrai que Camille avec son corps de presque vielle, elle n'avait que trente cinq ans!!mais pas rapport à nous trois , il y avait comparaison à négocier de sa part. Il fut décidé le plan suivant : Jean en parapente , Pénélope et moi à la nage .Dès que Jean serait sur ce pont Haussmannien , il nous lancerait la corde , nous pourrions grimper à bord illico presto. Des vêtements de couleur sombre, furent choisis dans la gigantesque garde robe. Et le voilier qu'en faisons nous ? Le détruire , nous répondis Jean, non ce n'est pas possible!! De toute façon, ajusta pénélope, il ni aura plus rien , dans ces soutes, vidées complètement il ne sert plus à rien ? J'étais mortifié de le voir sombrer, oh!! pas corps et bien bien sur!!c'était et ce serait un déchirement pour moi. En faire qu'oi ? Nous pourrions le remorquer ? Le bateau géant à suffisamment de puissance ? Il fallait voter à main levé, proposé par Camille cela me semblait la meilleure solution. Il fut approuvé par cinq voies de le conserver. J'étais véritablement comblé de joie, ce bateau nous avait sorti de la panade et, pourranous servir de jolie annexe ? Quand même !! Les préparatifs allaient bon train, deux arcs , une arbalète furent accrochés sur le porte voile, à moteur circulaire . Un pistolet d'alarme pour prévenir Camille de notre succès, vert serait la couleur prévue. Pénélope et moi même, avions au moins quinze kilomètres de nage réellement sportive, il fallut nous enduire de graisse, sur tout le corps. Même recouvertes de cet affreux mélange de graisse et d'huile nous étions magnifiques . Nous sommes entrées en guerre !! contre ce petit bout d'ile Napoléonienne . Pas de pleine lune cette fois ci ! un noir d'encre allait nous servir pour une progression invisible. Nous avions chacun un sac étanche, quelques réserves de nourriture, nos vêtements bien sur, et quelques objets indispensables complétaient nos provisions. Un dernier essai, dans cette eau chaude, nous rassura, une forme formidable nous habitait, ma sœur et moi même. Vingt deux heures, c'est l'heure!! Nous glissons furtivement, au bas de l'échelle de proue. Nos palmes géantes accentuent encore notre vitesse, mais nous sommes encore très loin. Au début des vaguelettes, ensuite se transformerons en vagues , des creux impressionnants nous attaquaient. Nous n'avions pas prévu cette force de la nature contre nous. Jean partiras plusieurs heures après, son aile volante l'emmèneras comme un oiseau en quelques minutes sur le site. C'est décidé , nous allons nager entre deux eau, c'est parti !! C'est absolument prodigieux!! Raouste à réellement fait du bon travail !! En moins de deux heures nous sommes à l'entrée de ce porte fortifié. Un filet métallique est au fond, souvenir de guerres anciennes. Ouf! ce filet inopérant est bien au fond ! les défenseurs du village n'auraient jamais supposés une attaque sous marine. J'aperçois Jean suspendu à son aile, il a coupé le petit moteur, il plane, il va atterrir sur l'emplacement d'atterrissage genre hélicoptère. C'est dire!! la grosseur du paquebot que nous allons escalader. La corde est lancée...................

Pénélope /: saison trois .Chapitre 02......la flibuste en action.......

               La corde est lancée, prestement , nous nous en emparons. Nos mains recouvertes d'huile et de graisse , ne nous facilitent pas notre escalade. Quelques encablures nous séparent de cette rambarde en inox . Jean , de toute ses forces nous extirpe un maximum de cette délicate position , je ne me reconnais plus du tout dans cet homme extraordinairement musclé . C'est un autre personnage que mon cœur perçoit , pas celui qui m'habitait des décennies avant. Je me glisse laborieusement sur le pont en bois de cèdre , Pénélope arrive derrière moi .Vous ne pouvez pas rester comme ça les filles , il faut vous rincer , et vous changer rapidement . Nous avisons un tuyau d'arrosage dans le fond , de l'eau tiède en surgit , nous nous aspergeront délibérément , nous effaçons les traces de ces liquides visqueux . Les sacs étanches ouverts , nous enfilons des vêtements sombres , surtout !! pas de couleur claire . Pénélope à rangé ses cheveux flamboyants contre son dos. Nous sommes , désormais , sur ce fabuleux bateau , à l'arrière : une soute qui peu s'ouvrir comme un car ferry , certainement un ou des véhicules à l'intérieur ! Nous sommes armés de nos arcs , Jean de son arbalète. Nous délibérons une dernière fois avant de s'occuper des éventuels occupants ! nous avons repéré deux types , genre barbares à l'allure malsaine la barbe très fournie me fait penser aux berbères d'autrefois , originaires certainement des hautes steppes , ils sont impressionnant de radicalité malfaisante .Nous avançons doucement , déambulons entre d'énormes caisses métalliques. Certainement remplies d'armes de contrebande , elles nous seront peut être utiles plus tard ? Jean va tirer sa flèche assassine , celle ci enduite de curare , j'espère ! va faire mouche du premier coup. Nous les filles , sommes également prêtes à tester nos arcs . Mon instrument de mort est bandé un maximum , le projectile finement profilé se trouve entre mes deux seins , c'est douloureux , j'encaisse sans broncher !! Il va me falloir délibérément massacrer ces hommes pour la bonne cause . A trois nous lâcherons la corde ensemble !!! l'ordre définitif sera donné par Jean , déjà il donne des ordres , cela m'exaspère quelque peu .Un .deux.......il attend quoi ce morveux reconstitué ? ....enfin le chiffre trois surgit de son suçoir de bouche . Les trois venimeuses flèches sont expédiées radicalement et pas du tout au ralentit , je vous rassure . Les deux gardiens sont à terre , nos machines de guerres moyenâgeuses ont fait proprement mouche . Une dans l'œil , une au cœur , et la troisième (la mienne) dans le crane du plus balaise . Bon travail s'exclame Jean !! Les dépouilles sont rassemblées à l'arrière du bateau. Que faire de ces raclures ? Nous les jetterons plus tard en haute mer. Un téléphone sonne !!! nous n'avions pas prévu cet appel , nous laisserons carillonner , un texto apparait à l'écran . Nous ne comprenons pas ce charabia .Peut être une erreur de destinataire ? va savoir !! Les méandres de ces ondes sont encore impénétrables. Nous hésitons à explorer ce mastodonde flottant , J'ai compté quatre ponts au dessus de la ligne de flottaison , aucune lumière à bord; mais il est tellement grand !! Nos collantes combinaisons souples ,collantes nous vont à ravir, comme deux antilopes nous glissons furtivement . Le chasseur devient le chassé, des coutelas monstrueux à la ceinture complètent notre équipement va en guerre . Ce pont est interminable, nous distinguons l'intérieur fastueux , il faut trouver l'entrée principale pour accéder dans ce ventre de ce navire. Tu ne crois pas qu'il est peu gros pour nous cinq ? pas de réponse de sa part. Silence!!! Une porte coulissante en aluminium brossé est entrouverte. Nous nous glissons , un salon monstrueux de beauté trône en plein milieu de ce paquebot miniature. Un confort de grande classe ce bateau !! de belles plantes luxuriantes décorent ces espace de repos. Des peintures représentant de fabuleux lupanars excentriques , accrochées aux murs arrosent de leurs grandeurs antiques ce musée flottant . En admiration devant ces scènes fabuleuses , nous craignons de sombrer dans cette luxure débordante . Une télé grand écran complète ce barnum embulant .Combien d'orgies misérables ont eu lieu dans cet antre de la débauche ?Combien de capitaines d'industries bananières sont passés par ce lieu de débauche ? Un ascenseur princier trône sur le coté gauche pour descendre dans les entrailles du navire , moi je préfère l'escalier de service, on ne sait jamais !! Devant le salon , le bureau du commandant en chef , de multiples accessoires de navigation à notre disposition , le top du top !! Les moteurs néanmoins , tournent au ralenti . Nous allons visiter les étages inférieurs ; nous refermons la baie , les paliers se succèdent les uns après les autres . Une salle de cinéma , une salle de danse, un mini restaurant, une piscine d'au moins vingt cinq mètres . Pas le temps de barboter dans ce bassin ludique . Le tout est en parfait état de marche , maintenant ! le faire naviguer , pour nous terrien de formation , c'est une autre histoire !! Il est cinq heure, le jour se lève (Dutronc , pour les anciens) !! dans moins de quarante minutes, il nous faut clôturer notre hasardeuse expédition. Faut pas vous gêner ? Nous dégainons nos sabres minuscules , nous avons deux types devant nous , ils sont bizarres . Nous envisageons une lutte sans merci , les deux hommes sont visiblement éméchés, complètement ivres. Nous sommes les commandants de ce bateau !! les cheveux véritablement en broussaille, ils titubent littéralement sur ce sol moquetté. Quel dommage de souiller ce dernier !! Vous suintez le rhum !!bande de soiffards!! Eh!! les filles vous êtes libres ? Le second très entreprenant me ceinture déjà , un coup de genoux extrêmement bien placé le remet en place, il se tord de douleur. Jean termine le travail assomme les deux glandeurs alcooliques .Nous les glissons dans l'ascenseur, remontons les colis à l'étage au gouvernail .Ces deux la nous serons utiles pour la navigation, il faut les ménager. Une odeur de vomi empeste le carré maintenant. Nous avons affaire à des porcs. Quelques claques plus tard , ils se réveillent de leur tafia casse pattes . Deux beaux males quand même , tout remis en ordre ils feront l'affaire , me souffle Pénélope. Pour ma part faire l'amour à un homme me donne le tournis , pas encore préparée à cet acte mystérieux pour ma nouvelle structure , je crains de ne pas être à la hauteur. Ma sœur me rassure sur ce point précis, ne t'inquiètes pas , il faut leur laisser faire les préliminaires à ces hommes , ensuite tu embrayeras facilement. Caresse doucement leur sexe, fait toi la soumise incomprise . Si ton orgasme tarde à s'éclater , et que l'abruti avachi sur toi s'impatiente , fait mine de jouir !! D'ailleurs le fait de mimer , allume souvent l'artificière qui sommeille en nous !! Ces cochons d'hommes , soi disant virils et bien argumentés , adorent éjaculer en même temps que la femelle , il se croient les maitres des lieux , les responsables organiseurs de ton orgasme .Mentir de temps en temps ne fait pas de mal de toute façon. Si tu le désires je pourrais t'aider pour la première fois ? Je la sentais déjà prête à me sauter dessus !! Quelle garce!! Regarde le commandant ! ni une ni deux son pantalon descendu ,nous allons inspecter l'intérieur de son sous vêtement. Bon !! nous verrons le moment venu. Non, non regarde , le sexe est minuscule!! l'alcool n'aide pas c'est certain!! J'hésite à toucher ce membre souple, avachi sur son ventre , Pénélope en véritablement experte en la matière, rentre le prépuce dans sa bouche , sa langue s'autorise d'une lenteur monotone une délicate succion. Le type encore en uniforme , dort à poings fermés. Le sexe gonfle doucement , Pénélope me le propose finalement ,catégoriquement je refuse !! elle trépigne d'impatience . J'entrouvre ma bouche, la verge est grosse , mais pas encore à son maximum. Le male qui dort encore quelque part en moi ne m'autorise pas à cette malsaine transgression , par contre! mon corps de femme m'autorise à me le mettre dans ma bouche. C'est extrêmement dur, fait attention de ne pas le mordre !! Je ne ressent absolument rien , seulement le manque d'étouffer avec cette grosseur effrayante. Un peu de salive se glisse entre ma langue et le sexe, c'est plus glissant. J'accélère le mouvement. Fait attention qu'il n'éjacule pas!!me susurre Pénélope, cette dernier est en train de se masturber , elle va jouir devant ce tableau idyllique. Je sens quelque chose monter dans ce tuyau complètement bronzé. Maintenant il est énorme , dur comme de la pierre , le pouls de son cœur tape à plein régime , c'est fabuleux je gère le programme établi , je sens le sang circuler à plein régime dans ces veines. J'ai une envie folle de m'empaler sur ce véritablement manche à balai !! Pénélope m'aide à circonscrire le matador en furie ! Maintenant , je me suis accroupi sur le ventre de cet homme , il dort toujours , je préfère !! J'ai une envie de faire pipi !! Déconne pas , module ma chérie !! Pénélope en grande experte, me conseille de jouir rapidement , et de m'extraire immédiatement, pas de sperme dans ton corps neuf , Raouste te la répété , il faut attendre quelques jours de rodage . L'instrument monstrueux s'enfonce dans mes entrailles , une douleur fulgurante m'envahit , de trouille je ressort immédiatement. Ma vessie c'est déconcentrée , j'arrose ce ventre de mon liquide salvateur !! Tu aurais pu attendre quand même !! Vas y !! ma sœur, prends ma place , moi de mon coté je préfère attendre quelques jours !! Nous n'aurons pas le temps de contempler ma sœur crier victoire ! le sbire s'éveille , l'air complètement ahuri , il finira le travail de son coté. Nous le regardons , nos mains expertes l'aident à sortir ce jus salvateur . Il n'en demandait pas temps ce cochon réveillé. Nous regardons ce sexe s'épancher complètement , tu peux gouter si tu veux ma sœur , beurk !!! . Ce type est en train de jouir devant nous , il a certainement honte mais il continu , Pénélope sort son chlass terriblement pointu et affuté comme une lame de rasoir, je frissonne de peur!! que vas t'elle faire ? tu vois cette lame ? bonhomme !! si tu nous embrouilles sur ton bateau, nous te ferons la peau ma sœur et moi !! C'est pigé ? Le type ne réponds pas, la lame brillante , effleure son sexe maintenant désuet. Bon!! d'accord les filles , je vais vous aider à manœuvrer ce bateau, vous pouvez compter sur moi et sur mon collègue . Jean arrive sur ce tableau définitif !! Nous allons appareiller les filles !!!