Souvenirs deuxième confinement.....................

.La cocotte minute.

le temps confisqué.

La traversée du village .

La cocotte minute // chapitre .01

                      Qui ? se sert régulièrement d'une cocotte minute , sait de quoi je vais parler. Pour éviter d'éventuels incidents ou accidents il faut impérativement la FERMER !! Sinon de gros désagréments  arriverons en ribambelle et en ricochets vous éclaterons à la figure . Je veux parler de cet état confisquatoire  actuel bien sur !! il ne s'agit pas de ma soupe hebdomadaire , composée de légumes pas tout à fait bio , sur le feu de ma cuisinière à gaz butane .Mais voila !! comment avons nous pu (passé composé) en arriver la ? Ma grand mère maternelle me disait , chaque jour suffit sa peine. En vérité cela fait triste à voir , à longueur de ces journées ! pas une seule nouvelle positive, que du négatif !! Des injonctions concernant de multiples interdictions balancées en rafale , nous inondent  jour après jour , méthodiquement , bientôt toutes les heures . Ces gens décisionnaires de nos libertés évaporées sont en déliquessance majeure , incapables de construire une gestion heureuse de cette crise majeure . Une sourde colère est en ébullition , la rancœur ! résultat d'un mécontentement latent s'installe définitivement dans la population . Ce matin à l'assemblée Nationale notre cher ministre de la santé publique a ''pété ''les plombs . Tous le monde est à cran, cela n'augure rien de bon pour l'avenir. Demain , avec une impatience non dissimilée nous attendrons le résultat de ces élections Américaines , encore du stress à mettre dans cette marmite cette fois ci mondiale. Fichtre !! quel mouche virale a piqué cette planète ? tout s'accélère , de plus avec ces attentats en coupe gorges monstrueux ; un remue ménage incroyable secoue notre continent . Dans nos tètes circulent d'improbables dénouements , résultats de sempiternelles discussions stériles . Que faire !! Ne lâchez rien !! semble nous dire notre conscience misérable , dans cette adversité inopportune . Elle siffle la cocotte , pas trois fois , mais continuellement , je m'empresse de baisser le volume de chaleur ; rien n'y fait , nous ne pourrons plus arrêter l'engrenage verbal , ordurier, monstrueusement armé de ces force malfaisantes . Ces dernières prêtes à démonter l'assemblage de plusieurs décennies , s'en donneront à cœur joie, non pas ! pour prendre les commandes de cette soupape, mais pour faire exploser la soupière en inox. Mes amis proches , visités cette après -midi , ce sont délibérément affalés dans leurs canapés multidirectionnels en cuir de vaches Argentines , pour regarder la connerie Netflix .Même eux !! ce sont avachis devant ces médias absolument minables , nous ! de notre coté nous essayons de bouger, de contrecarrer cette dépression qui monte .Nous nous forçons de marcher le minimum autorisé, nos jambes en redemandent , ne nous laissent aucun répit , ils faut nous bouger .Notre survie mentale en découle , comme les bouquins ne sont plus accessibles, nous allons sortir  de notre tanière aseptisée , prendre l'air , le voler presque !! à la barbe des pandores ,eux!! en liberté!!  pendant une petite heure nous allons grignoter le nécessaire et le majorer pour notre   notre survie. Il faut regarder de très près ma biblio..,'' en effet mon STOCK a du PLON  dans l'aile ''JD..  à suivre.....................................

Cocotte minute /: page 02

                   Nous venons de mettre sous tension ce téléviseur quarante pouces de chez Dardelle. Notre stupéfaction est sans aucune borne possible , le candidat Trump........oui c'est bien lui......est battu par un petit gars pas très bien habillé, mais absolument bien accompagné, je veux parler de sa colistière Harris. Enfin ma cocotte minute va pouvoir se dégonfler un tout petit peu, oh !! pas de quoi soulever un spectaculaire enthousiasme sur cette planète , mais quand même !!!!!!!La démocratie amerloque a du bon quand même !! Mauvaise nouvelle quand même ce jour , deux cas de covids dans notre village , il va falloir contourner le centre de ce gros bourg attaqué par cet épouvantable monstre invisible maintenant !! Raser ces murs bancals encore sains , baisser la tète , ne plus respirer , parcourir notre cheminement dans ce village meurtri , la respiration en apnée et , la bouche masquée , quitte à se prendre les pieds dans l'escalier en plein milieu de cette placette aux fleurs fanées . Mais !! quelle idée de mettre un trois marches à cet endroit stratégique dans cette circulation piétonnière .De plus ! c'est le coin des crottes et de la pissotière animale. Ce n'est pas que je n'aime pas les toutous , moi-même j'en possède un ...énorme !! Un vrai malabar : cinquante huit kilos de muscles , une dentition genre requin marteau , prêt à me défendre et croquer le gentil saltimbanque en travers de mon chemin , et, sur mon ordre magistral , à le croquer entièrement . Sinon ,pour faire court , combien de blessés faudra t'il avant de le faire exploser cet escalier en béton ? Demain j'avais prévu une sortie un peu plus compliquée , que cela ne tienne je partirais très tôt, aux aurores , encapuchonné de mon poncho de jeunesse. C'est vrai que je n'aime pas trop ces capuches impersonnelles , cachant ces misérables visages imberbes , je les trouve relou , mais cette fois ci , je vais passer outre ma considération approximative , je vais me camoufler considérablement. Pour échapper à la vindicte populaire évidemment .La première semaine de confinement se termine , un coup de blouz en milieu de ces derniers jours , normal ! je viens de franchir une année supplémentaire , oh ! bien sur l'âge n'a pas tellement d'importance!! quoi que !! par ces temps qui courent. A suivre .JD. 

Cocotte minute // page 03

               La cocotte >Minute c/:chapitre trois. La traversée du village. Il est six heures du mat, je suis réveillé par une monstrueuse langue absolument rêche , véritablement pâteuse. C'est notre chien Nabuquodonosor 08 .  Nous avons abrégé son patronyme pour en retenir que le diminutif : Nabu. C'est plus simple, moins compliqué pour le sermonner en cas d'attaque intempestive et meurtrière de sa part. D'une lignée magistrale , c'est notre huitième enfant adoptif , son arrière , arrière , arrière grand mère , quand à elle , l'avons achetée à une foire aux chiots miniatures , il y a belle lurette .Peut être ? dans les années quatre vingt , je crois. Elle s'appelait vachette , elle portait bien son nom , un vrai petit cochon de lait à sa naissance , devenue répugnante au fil des ans, bref nous avons conservé depuis notre mariage cet emblème de race monstrueuse obèse , mais robuste à la fois . Revenons à notre Nabu numéro huit , ce matin il ne sent pas très bon , sa gueule patibulaire ne respire pas la fraise des champs , le plat de rognons ingurgité la veille fait dans notre chambrette son effet dévastateur .Heureusement que ce matin nous allons en randonnée .Ce chien doit à l'heure ou je parle , peser pas moins de soixante kilos , facile !! après la pintade dévorée et ce plat de gigot à l'aligoté ingurgités en cascade !! Bref, je me presse de me préparer, ne pas réveiller ma chérie surtout , lovée dans ce lit de deux cent centimètres , elle dort d'un sommeil profond et bienheureux. Ce lit nous l'avons dégoté à ce moderne magasin de saint Gaudens '' au matelas merveilleux'' cette prémonitoire enseigne nous a incité à nous déplacer vivement , notre antique sommier de cent vingt étant dévolu entièrement à Nabu. nous ne pouvions plus que dormir au sol , ce conquérant de ce sommeil jupitérien nous avait littéralement éjectés de sa niche confortable. L'offre commerciale , dans cet antre de la distribution était pléthorique , une vendeuse, gardienne de ces sommeils magiques , absolument magnifique nous faisait plusieurs démonstrations pour la sauvegarde de nos nuits futures. Nous avions laissé Nabu à la maison, pour nous laisser le choix de choisir. La vendeuse , laissant ses charmes pas anodins du tout , déborder , se faisait un subtil plaisir à s'élancer sur les différents matelas à notre disposition. Je ne vous cache pas mon désir secret de plonger avec cette personne sur ces fibres remplies de plumes absolument délicieuses . Ce qui nous décida , ce fut à notre immense surprise , au quatrième essai de cette prometteuse entremetteuse , elle s'endormit sur un projet à quatre mille huit cent euros toutes taxes comprises , ce fut le déclic bancaire , nous étions subjugués par ce produit ostentatoire .Un lit de deux mètres , suffira à nous lover tous les trois , maintenant il me fallait réveiller cette garce certainement assujettie à une grassouillette commission , L'affaire fut conclue rapidement, elle se proposait de nous livrer personnellement , je bifurquais dans l'allée principale ,pour lui proposer le rdv pour l'après midi du mardi suivant , jour de la partie de bridge de mon épouse. Manque de chance , le jour de la livraison , j'eu affaire à deux breloques de livreurs mal rasés ,de vrais abrutis puants la citronnade. Mais le mal était fait, elle avait réussi à nous soutirer le solde de notre misérable plan épargne logement à deux pour cent l'an , bien joué !! Donc ! j'en reviens à ce matin de rando , comme prévu , il faut nous faufiler à travers ce gros bourg endormi ,il est impératif de partir de bonne heure, car dès sept heure d'innombrables tètes cadavériques encagées derrière les carreaux embués , seront en train de suspecter et de noter sur leurs carnets à spirales les rares passants récalcitrants à ce reconfinement obligatoire. Alors ! tu viens le chien !! zut une grosse crotte épatante d'au moins deux kilos va sortir , en plus! devant la porte cochère de la vielle morue du village, la bouche de cette femme ressemble plus à une cartouche de gitanes sans filtre , son museau à une bouteille de pastis Espagnole frelatée. Néanmoins elle garde ce passage obligé pour tout les visiteurs occasionnels . Tant pis !! elle glissera , se fracassera comme d'habitude son deuxième col du fémur , ce n'est pas très important . Elle ira engorger les urgences , une de plus !! C'est dingue les crottes qui sortent de l' anus augmenté de mon Nabu !! c'est vrai que les kilos de barbaques ingurgitées sont innombrables. Le budget bouffe à lui tout seul, avoisine les deux cent euros mensuel, nous oblige à faire des sacrifices , mais il est tellement adorable ce toutou !!En fait ! c'est l'équivalent d'un mois de tabac chez un fumeur ? je crois ? Nous , c'est pour notre chien, tout simplement. Zut !!maintenant il est en train de soulager sa citerne de vessie, un ruisseau commence à dévaler la ruelle , atterri dans la cour de ce maire absolument anti canin. Il va avec sa belle , maugréez encore une fois contre notre Nabu. Je tire sur la laisse , il est grand temps de s'échapper de cette sanisette improvisée , la laisse est conçue non pas de cordon nylon , mais d'un câble métallique comme pour la pèche au gros , c'est une de mes rares inventions par mes mains malhabiles . Indispensable pour trainer le poids hors norme de cette bête . Mais l'inconvénient , c'est que cinquante mètres de filin font beaucoup de bruit , à chaque passage réveille tout le quartier . Alors , je l'ai graissé , d'abord pour me protéger la paume de mes paluches , mais!! il me faut impérativement des gants ultra épais , pour maintenir le fauve en permanence furie dévastatrice . En montagne , le pratique l'emporte quand même sur l'excessif , quand nous attaquons des vires scabreuses . A la mer pour la pèche au gros , nous l'utilisons aussi pour ramener du poisson. La traversée de la place s'achève, Bernardo et sa Violetta ne sont pas encore sur le pas de leur porte, toujours un mot gentil, par un de travers , ils sont les gardiens de ce temple de la solitude, prêts à aider leur prochain, démarrer les automobiles récalcitrantes . A suivre le randonneur assassiné. !!!JD.