Les robots........introduction de l'auteur.JD.

Dans cette nouvelle écriture, je vais divaguer un peu , beaucoup, attendez vous à des surprises!! a+ JD.

Les Robots.................

00.Introduction de l'auteur.

Chapitre .01   Le commencement.

Chapitre.02.    Le projet futuriste.

Les robots.chapitre .01// le commencement.

                         Nous étions dans l'année 2028 ou plutôt l'an covids 28.Ce virus , variants et consorts ,comme d'habitude , nous donnait encore , bien du fil à retordre. Nous avions finis par le supporter tout au long de ce début de  ce siècle terrible. Des centaines de millions de morts, de part et d'autre dans ce monde délabré , dévasté par la covids , engendraient de multiples conflits majeurs , nationaux et internationaux, manquait plus que les Martiens s'y mettent aussi !! .Ces derniers allaient avoir la visite de terriens , cela promettait de futures guerres dans la galaxie. Sans compter les actes de terrorismes accentués , cela donnait une planète en pleine déconfiture sans sucres ajoutés . Nos apprentis sorciers , chercheurs invétérés de solutions miracles , avaient depuis longtemps rendu leur tabliers , définitivement vaincus par ce maudit microbe venu d'ailleurs. De mémorables parties de pèches, entre tous ces chercheurs incompétants étaient à la mesure de leur déficience mentale. Mais ! parlons de nous , notre famille éclatée : les Trucmuches , résultat de cette raclée virale monumentale , avions décidé d'agir , mon frère , ma sœur et moi-même , résultat d'une fratrie de douze mioches , avions décidé de nous engager dans la guerre de brousse. Paul , mon frérot , Niquette ma sœur cadette , et votre serviteur Jeannot dit le lapin , étions engagés dans cette fabuleuse légion , basée sur le continent Africain . Au bout de deux années de service commandé , nous en avions vraiment raz le bol de ce sable , pire que le virus !! il nous empêchait de respirer , et remplissait de silice, méthodiquement nos bronches appauvries .Paul , ingénieur de formation sorti des grandes écoles républicaines , était le responsable de la structure mécanique de tous ces engins de couleur kaki. Niquette la frangine  , de peu ma cadette ! elle, était responsable de la formation sur aéronefs volants , apprenait aux arpettes de la guerre , la façon de conduire dans de multiples cours personnalisés. Le régiment ne comptait plus le nombre d'hélico crashés , ou de chars d'assaut ensablés. Ma frangine avait la fâcheuse  manie  : confondre le manche de ces appareils avec le pénis  miniature de ces légionnaires boutonneux d'à peine dix huit ans .Son prénom : Niquette était connu de tout le bataillon, même !! les généraux  affublés de nombreuses étoiles jaunes  sur leurs casquettes couleur  kaki , à tour de bras , demandaient des cours particuliers , c'est dire ! l'attraction de cette fille lubrique à l'extrême. Moi ! , je faisais partie de l'escouade constituée de  ces tireurs d'élites , avec mon fusil mitrailleur bloqué dans le fond de mon épaule , j'exterminais de multiples récidivistes enrubannés. Le soir, au mess , tous les trois ,une bonne  spéciale   San Miguel à la main, nous nous racontions nos fabuleuses aventures, de mon coté je laissais mes images captées , de ces terribles bandits, sorte de garnements , pas encore pubères , du désert. Paul nous détaillait de nouvelles progénitures dans son appareillage mécanique , c'était véritablement , un inventeur de génie, capable de fabriquer en un temps record un char d'assaut tout en carton recyclé. Les écolos! malheureusement avaient laissé leur empreinte indélébile sur ce formidable garçon , mal nous en prenait, la montée considérable de décès due à cet assemblage de papiers hygiéniques , d'emballages divers , laissait de multiples veuves pas éplorées du tout ,  restées au pays. Notre gouvernement déchu par ces sombres années, avait fini par capituler en rase campagne , celle du Poitou Charente ,. Vous avez deviné ? la patronne de cette région , j'ai nommé ULLA la magnifique ,fille de lieutenant colonel, avait réussi par prendre le pouvoir , et ce à la force de ses fabuleuses gambettes. Nous étions , au bout de deux petites années , complètement ruinés, d'où notre notre évacuation dans ce régiment lointain (j'y reviendrais sur cette sorcière aux cheveux longs, plus tard).Mon fusil celui de la dernière génération Chinoiserie de pacotille , capable de tirer cent coups à la minute ,  se trouvait dorénavant mon ami personnel, dépourvu de culasse, le maniement se trouvait extrêmement facilité. Les asiatiques eux ! ont le savoir et la faculté de construire  ces engins !!! En guise de munitions, le canon , en fait!! recevait des sortes de boules remplies de peinture , et ! bien sur , agrémentées de puanteurs diverses , genre oeufs pourris . Il fallait prendre vivants les réfractaires à l'ordre mondial, pour les réinstruire à la dominante républicaine . J'avais opté pour ma part , pour l'odeur d'œufs pourris, ça valait le coup, rien qu'en tirant sur ces falbalas du désert, notre attaque se soldait souvent par un nuage véritablement toxique pour nos narines  encombrées de covids. Calfeutré derrière mes Ray Ban d'occasion , Je distinguais ces Olybrius du désert , se cacher le minois avec ce ruban malsain. Et!!la!! c'était l'orgie organique , nous récoltions le fruit de nos ingénieurs fantastiques. Nous ramassions à la pelle, ces soldats réfractaires à cet ordre mondial, les ramenions dans l'enceinte fortifiée, prêts à les interroger. Niquette se faisait un plaisir pour ce dur labeur, désignée d'office par la hiérarchie , elle s'en donnait à cœur joie. Le désossement rapide de leur cervelet, méthodique et complet de tous ces assassins en puissance fut la deuxième partie de son contrat. Tous les ans , le trente et un décembre nous avions la visite de ce représentant de ce gouvernement fantoche encore et toujours au pouvoir . Au début , il arrivait avec fanfare et trompette , cravatte et chemise bien repassée ,  après le réveillon  , nous avions droit aux mines défaites, complètement usagés . le conflit contre le virus, en Europe laissait des traces malheureuses. Ce soir, nous avons une surprise de taille, la visite d'ULLA la bronzée . pour ceux de ma génération, ce prénom engendre certainement de magnifiques souvenirs, le minitel rose par exemple ,!!! Mais elle était parmi nous , complètement noyée de déclics photographiques destinés aux réseaux plus très sociaux du tout. Enfin un responsable politique que nous adorions.Seule au pouvoir , elle se démenait comme une tigresse en chaleur , le Sénat avait depuis son accession au pouvoir, complètement disparu, liquidé !!  ces  pitoyables vieillards d'un autre temps ,  complètement révolu . Ce que le virus n'avait pu faire , Ulla l'a fait rapidement. De sa main elle a nettoyé ces tables de restaurants, envoyés dans les geôles de la Bastidette tous ces connards gros et gras nourris au plancton Brésilien . Elle est parmi nous, circule dans les rangs bien formés , les tètes rabougris de ces légionnaires débonnaires , vont attraper le torticolis, c'est sur !!. Elle c'est arrêté devant moi, sa mine superbement bronzée m'interroge du regard !! d'où viens tu soldat ? La question est ferme , je bégaie forcément , impressionné par cet être supérieur , vétue d'une mini-jupe des plus affriollante , ses seins menus attachés à cette poitrine velue, attire les regards des trouffion incarcérés sous la couche de sable   , la garce est encore capable malgré son grand àge , de draguer  outrageusement les militaires ! . Sinon , ou vas tu ? me réclame t'elle , désolée de ma non réponse immédiate . Une idée complètement difforme , véritablement saugrenue me viens tout droit sortie de mon cerveau de tireur d'élite !! Mais dans votre lit  de salope !! majesté !!La troupe est  littérallement pétrifiée devant ma réponse impossible , elle , de son coté fronce ses sourcils broussailleux, sa poitrine découverte augmente de deux valeurs  , pointe dorénavent , ses tétons , doucement vers moi . !! j'en suis sur!! ce genre de détail ne trompe jamais les hommes en mal de filles faciles et dociles  .Je guettais ce coup d'œil venant de sa part, il est venu , m'a intercepté mon regard! Dans ce vulgaire mot, j'ai peut être fait une touche avec cette patronnesse du sexe débraillé  ? elle a certainement noté mon nom ,le  matricule sur ma veste kaki. Pour ma part, je hume ce parfum libidineux , capable de séduire n'importe quelle bête affamée sur cette esplanade en sable du désert .Une envie soudaine  de caresser ces fesses désormais à l'air , mais je me retiens de haute lutte dans ma libido décidément à l'abandon  . Mon pénis dur comme le granit ,  à l'horizontale , mériterait une franche poignée de main de la part  cette donzelle  franchement exitante , mais rien ne vient . Elle passera , je pense !  la soirée parmi ces gradés de  la dernièrer heure , à se faire fouetter  le cul par ces salauds de maréchaux et à sucer tous ces sexes consentants ,  couverts de sable . Mes collègues , jaloux , sont furieux, me regardent d'un air soupçonneux. Mes amis!! c'est à ce moment précis que j'ai décidé de quitter cette armée en guenilles , de retourner en métropole, me taper les vraies gonzesses bien pulpeuses , pas de ces  toutes menues rastacouères de ce  bataillon  d'infortune . Il me restait à conclure avec le frangin et surtout la frangine. Je vais , aussi vous avouer que, je n'ai absolument pas revu , ce soir la , sous la tente, cette présidente empaquetée de rose , sa couleur fétiche .Le lendemain elle reprendra l'hélico monstrueux , soulevant un nuage de poussières,  je  révais à ses fesses toutes rougies  par le fouet , sa culotte ayant disparue , perdue en pertes et profits et certainement récolté par les fétichistes du coin , déjà en train de se masturber le cocottier  . A suivre dans l'usine à robots.....JD..